P2 L3IF — débutants Linux

Dans un terminal

  • la touche « tab » permettent de compléter la commande courante, les flèches haut et bas se promènent dans l’historique des commandes qui ont été saisies
  • tapez make pour compiler; pour « éteindre et rallumer », tapez make clean puis make
  • apprenez à vous promener dans vos répertoires à coups de cd (cd .. vous fait remonter d’un cran)
  • une fois que vos fichiers Caml sont dans un endroit déterminé, et que vous avez mis en place git pour les modifier, vous pouvez les éditer avec ce que vous voulez : vim, emacs, un environnement de développement sophistiqué, ..

Compiler et exécuter du code Caml.

  • on compile en tapant make. Il se débrouille pour comprendre quels fichiers il doit recompiler, et dans quel ordre. Il se sert d’ailleurs d’un sous-répertoire appelé _build, que vous n’avez pas à aller regarder, a priori.
  • quand on tape ./main.native < tests/t1.txt,

    on appelle le programme main.native, qui est dans le répertoire courant (c'est le "./"), en lui faisant manger le contenu du fichier t1.txt qui est dans le sous-répertoire tests

  • On ne "voit" ce que fait un programme Caml qu'à partir du moment où celui-ci interagit avec le monde extérieur. Typiquement, ce sont les fonctions d'affichage qui déclenchent quelque chose de visible. On trouve volontiers quelque chose comme
    let _ = f x y,
    invocation qui signifie "on lance le calcul de f avec x et y, et on ne donne pas de nom au résultat (le "_", c'est "pas de nom"). L'idée ici c'est que le calcul de f aura des effets sur l'univers (modification de certaines références, affichage, ..).
  • Pour faire des open dans l'interprête Caml, il faut les précéder de la commande #load.
    • On lance Caml avec une option pour lui dire de regarder dans le répertoire _build

      ocaml -I _build (il y a un "_" avant le build !)

    • On fait les incantations

      #load "cell.cmo";;

      open Cell;;

      et il connaît alors ce qui est défini dans le fichier cell.ml (à condition que vous ayez compilé cell auparavant).

  • Deux mots sur la question 3 du niveau Débutants du rendu 1.

    Pour récupérer dans un fichier les instructions du petit langage qui sert à modifier les cases du tableur, et les traduire en des valeurs Caml, on s'appuie sur ce que contiennent les fichiers lexer.mll et parser.mly.

    Il y a trois entités : la chaîne de caractères qui correspond au mot que l'on veut reconnaître (p.ex., "MULT", avec les guillemets, car c'est une chaîne de caractères) ; le mot du langage (on dit lexème, ou token) (p.ex., MULT sans guillements) ; et la valeur Caml à laquelle on aboutit (p.ex., M, qui est un constructeur du type oper, défini dans le fichier cell.ml).

    Dans lexer.mll, on associe le lexème MULT à la chaîne de caractères "MULT". Puis, dans parser.mly, on dit que le mot MULT est associé à M, ligne 47, après avoir déclaré vers le début du fichier que MULT est un lexème. On notera en passant que parser.mly contient des règles de grammaire, dans l'esprit de ce que vous avez vu en FDI.

Comments are closed.