Accueil / Sciences de la matiere / Témoignages / Louapre David

Témoignages

  • Nom: LOUAPRE
  • Prénom: David
  • Age: 34
  • Formation / Parcours Universitaire: École Normale Supérieure de Lyon, Magistère des Sciences de la Matière et DEA de Physique théorique. Thèse dans le domaine de la gravité quantique à l’ENS Lyon et au Perimeter Institute for Theoretical Physics à Waterloo (Canada).
  • Diplômes / Distinctions: Magistère de Sciences de la Matière : licence et maîtrise de physique. DEA de Physique théorique.
    Doctorat de Physique en cotutelle avec l’université de Waterloo (Ontario, Canada).
  • Employeur: Saint-Gobain
  • Lieu de travail: Boston
  • Intitulé du poste: Research Associate
  • Parcours professionnel antérieur:

    Après ma thèse, je suis rentré chez Saint-Gobain dans le centre de recherche d’Aubervilliers pour travailler dans le groupe de mathématiques appliquées (optimisation et data mining) puis j’ai pris la direction de cette équipe de recherche. J’ai ensuite été en charge d’un des projets stratégiques de Saint-Gobain sur la mise au point de nouveaux matériaux super-isolants thermiques pour les bâtiments. Depuis septembre 2012 j’ai rejoint le centre de recherche de Boston pour travailler sur de nouveaux matériaux abrasifs.

  • Comment avez vous construit votre parcours au sein de la formation Sciences de la Matière:

    A époque j’étais surtout attiré par la physique théorique. J’avais donc surtout retenu les options fondamentales comme relativité, physique des particules, puis en DEA, relativité générale, théorie des champs.

    Mon travail actuel étant en recherche industrielle, je regrette un peu de ne pas avoir assez étudie les autres domaines de la physique (physico-chimie, mécanique, etc.)
  • Message et conseil à destination des étudiants actuels et à venir:

    Je fais partie de ceux qui voulaient absolument faire de la recherche, et j’ai choisi de faire ma thèse dans un domaine considéré comme très risqué. Je savais que la probabilité d’obtenir un poste académique était très faible, mais j’ai choisi de le faire quand même car j’avais un plan B (qui était d’aller dans la recherche industrielle).

    Je crois qu’il est important de se faire plaisir et de faire sa thèse dans un domaine qui nous plait vraiment, mais il faut avoir un plan B. Ce peut-être l’enseignement, l’industrie ou quelque chose de très différent, mais il faut s’être préparé.

    Un incontournable aujourd’hui : une expérience à étranger. Si ça n’est pas pendant la thèse, il faut vraiment profiter des stages de licence/master pour voir du pays, c’est l’occasion ou jamais !

    Enfin il ne faut pas hésiter à panacher son parcours en s’ouvrant à des domaines variés de la physique, ou à l’interface avec d’autres disciplines. Pour ma part je m’efforce d’utiliser et d’entretenir cette culture généraliste de la physique au travers d’un blog de vulgarisation scientifique : sciencetonnante.wordpress.com