Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Abbasso la critica! letteratura, critica e fascism

Première de couverture de l'ouvrage
Publication

Résumé

Stéphanie Lanfranchi est maîtresse de conférences HDR en études italiennes à l’ENS de Lyon, membre du laboratoire Triangle.

Description

 

première de couverture de l'image


Abbasso la critica ! : letteratura, critica e fascismo
Stéphanie Lanfranchi
Collection : Le ragioni di Clio. Collana di storia contemporanea
Pages : 290 p.
Éditeur : Pacini editore

Publication parue en italien

« Est-il vraiment besoin de la critique pour comprendre et apprécier les grands textes de la littérature italienne ? La médiation du critique littéraire, de l’érudit et du professeur est-elle vraiment nécessaire pour que le lecteur soit à même de bien entendre la parole de l’auteur ?
Depuis qu’elle existe, la critique littéraire a suscité perplexités et réserves quant à sa fonction propre et à sa légitimité. Celles-ci s’expriment toutefois avec une violence exacerbée dans l’Italie fasciste : elles viennent alors à se greffer au discours contre Croce et son esthétique, voire au discours anti-intellectualiste, et plus largement au projet politique du régime fasciste italien, visant à contrôler même ce que l’on dit et ce que l’on écrit sur la littérature, ainsi que la manière dont on la lit.
En suivant un parcours chronologique à travers les revues, les universités et les institutions culturelles italiennes du Ventennio fasciste, ce livre décrit autant les formes de dénigrement subies par les critiques littéraires, que les stratégies d’intégration et les moyens par lesquels ils furent également enrôlés et impliqués dans le projet politique fasciste. Ce livre nous raconte ainsi l’histoire, largement inédite et inquiétante, d’une critique littéraire qui, à la fin des années 1930, en était arrivée à nourrir l’ambition – ou à courir le risque – de devenir totalitaire. »

« Abbiamo proprio bisogno della critica per capire e apprezzare i grandi testi della letteratura italiana ? È proprio necessaria la mediazione del critico letterario, dell’erudito e del professore affinché il lettore possa intendere la parola dell’autore ? Le perplessità, rispetto alla sua funzione e alla sua legittimità, accompagnano la critica letteraria sin dai suoi esordi, ma si esprimono con una violenza maggiore durante il ventennio fascista : vengono allora ad innestarsi in un discorso anticrociano e più generalmente antintellettualistico, nonché nel progetto politico di controllare anche ciò che sulla letteratura si dice e si scrive, e come si legge la letteratura. Seguendo un percorso cronologico attraverso le riviste, le università e le istituzioni culturali del Ventennio, questo libro descrive le forme di denigrazione che subirono i critici letterari e al contempo le strategie di integrazione e gli strumenti con cui anch’essi furono arruolati nel progetto politico fascista. Il libro ci racconta così l’inedita e inquietante storia di una critica letteraria che, alla fine degli anni Trenta, ambiva a divenire totalitaria. »
 

En savoir +

Collection
Disciplines