Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Diriger le laboratoire Reproduction et développement des plantes pendant le confinement

Bureau
Actualité / Interview

Résumé

Le point de vue de Teva Vernoux, directeur du laboratoire Reproduction et développement des plantes (RDP), UMR 5667.

Description

BureauLe RDP : quelques chiffres

Le RDP compte environ 121 membres :
•   35 chercheurs ou enseignants-chercheurs
•   47 personnels techniques et administratifs
•   39 doctorants et post-doctorants

Évolutions dans la manière de travailler

Comme de nombreux laboratoires, le RDP a mis en place des outils de travail à distance. S’il est désormais facile d’organiser des réunions d’équipe à 10-15 personnes, il est plus compliqué d’imaginer des séminaires de recherche en ligne. En effet, il faudrait pour cela réunir 60 personnes ou plus et l’augmentation d’échelle s’avère dès lors plus compliquée. Les outils recommandés par l’École et les autres tutelles fonctionnent correctement mais il y a souvent des problèmes de déconnexion. La distraction liée à l’utilisation de ces outils peut également nuire à la concentration. C’est pourquoi le RDP privilégie plutôt le travail par équipe qui permet une meilleure fluidité au vu des outils disponibles.

Depuis quelques années, Teva Vernoux, avec des collègues du RDP, mène une réflexion concernant les déplacements et les missions. Comme nombre de chercheurs, il considère qu’il y a aujourd’hui une surabondance d’événements scientifiques, tant et si bien que les conférences proposées pour un même domaine tendent parfois à se ressembler. Il espère que cette période montrera à ses confères deux choses : la facilité d’utilisation et l’accessibilité des nouveaux moyens de communication ; et l’importance de la limitation les déplacements. Ce deuxième point à cependant des répercussions sur la carrière des chercheurs puisque les rapports d’activité tiennent compte des conférences auxquelles ils se rendent. Pour encourager une vision raisonnée des déplacements, il faudrait sortir de cette vision comptable ou alors comptabiliser les conférences auxquelles sont invités les chercheurs, qu’ils y assistent ou non.

Bureau

 

Bureau
Bureau

 

Les plantes, à distance ?

Au Laboratoire Reproduction et développement des plantes, comme son nom l’indique, il y a des plantes. Il est nécessaire pour cela d’avoir du personnel sur place afin de les maintenir en vie. Des membres de l’équipe "Culture" assurent donc cette maintenance. Il ne s’agit pas seulement d’arrosage, il faut également veiller à toutes les problématiques phyto-sanitaires pour éviter les maladies, donner de l’engrais, adapter des traitements préventifs (par exemple, l’utilisation d’acariens pour éliminer certains nuisibles), etc. Il y a actuellement 20 personnes en PCA dont 15 habilitées à se rendre au laboratoire. Des membres de chaque équipe sont présents et s’occupent de maintenir le matériel dont ils ont l’expertise car certaines plantes demandent des interventions particulières telles que des plantes fragiles, certaines espèces particulières nécessitant une pollinisation manuelle ou des bouturages, ou les cultures in-vitro de tissus végétaux et de plantes entières.

Les autres membres du laboratoire travaillent à domicile. Un cinquième du laboratoire est spécialisé dans l’analyse de données ou la modélisation, pour ces personnes l’impact est plus réduit. Pour les personnes qui ont une activité expérimentale, elles ont dû se tourner vers l’analyse des données ; l’écriture de rapports, d’articles ou de thèses ; la réponse aux divers appels à projets ; et la bibliographie.

Teva Vernoux admet que ce mois supplémentaire de confinement reste raisonnable mais, qu’au-delà de ce délai, faire de la recherche scientifique pourrait devenir plus compliqué. Point positif, les thèses du RDP ont plutôt lieu en fin d’année, aucune soutenance n’est donc affectée pour le moment.

Impact du Covid-19 sur la recherche scientifique du laboratoire

Les choix scientifiques du RDP ne sont pas directement impactés par le Covid-19 et le confinement. Il s’agit là de deux sujets très éloignés des problématiques de recherche du laboratoire. Toutefois, du fait des technologies disponibles au laboratoire, le RDP serait en mesure d’épauler les hôpitaux pour réaliser des réactions de polymérisation en chaîne (PCR) si cela s’avérait nécessaire.

"Ce n’est pas parce qu’il y a un problème que tout le monde doit travailler directement sur ce même problème" dit Teva Vernoux en souriant, même s’il avoue être inquiet face à la vision utilitariste de la science qui semble prévaloir de plus en plus. Le temps de la recherche est un temps long, il faut donc en avoir une vision large et à long terme. Le RDP travaille régulièrement avec l’Institut Michel Serres pour mieux comprendre l'utilisation des ressources de notre milieu et nos interactions avec ce milieu, pour analyser les liens qu’il peut exister entre l'activité humaine et la crise écologique planétaire dont la pandémie actuelle est certainement une manifestation. Une vision future doit s’inscrire dans ces thématiques si l’on veut parvenir à minimiser l’impact de problèmes liés aux ravages de l’écosystème, à la disparition de la biodiversité, à l’agriculture industrialisée, etc. Si aujourd’hui nous sommes confrontés au Covid-19, demain ce sera certainement autre chose.

 

Teva Vernoux, directeur du RDP

Teva VernouxTeva Vernoux est directeur de recherche CNRS en biologie végétale à l’ENS de Lyon. Il dirige l’équipe "Signalisation hormonale et développement" au sein du RDP qu'il dirige également depuis 2016 après en avoir été le directeur adjoint en 2014-2015.

[Consulter la biographie de Teva Vernoux]

 

Collection
Disciplines
Mots clés