Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Laurie Nemoz-Billet, lauréate du Prix spécial du jury “Master” de la Société Française de Myologie

Laurie Nemoz-Billet
Actualité / Prix et distinction

Résumé

Laurie Nemoz-Billet est lauréate du Prix spécial du jury “Master” de la Société Française de Myologie. La remise des prix aura lieu en ligne le jeudi 28 janvier 2021 à 18 heures.

Description

Laurie Nemoz-Billet

Jusqu'en M1, le parcours de Laurie Nemoz-Billet a été plutôt orienté vers la biologie moléculaire et cellulaire et la génétique. C'est au cours du stage de M1 qu'elle est tombée amoureuse du système neuromusculaire. Elle a donc changé d'orientation et a choisi de poursuivre un M2 physiologie et pathologies musculaires. Elle a ainsi effectué son stage de M2 dans la même équipe où elle réalise actuellement sa thèse.

Doctorante depuis le 1er octobre 2020 dans l'équipe "Biologie et pathologie des matrices extracellulaires" à l'IGFL sous la direction de Florence Ruggiero et co encadrée par Sandrine Bretaud (MCU), elle a obtenu une bourse ministérielle de l'EDISS (École doctorale interdisciplinaire sciences santé). Sa thèse porte sur le rôle de la matrice extracellulaire dans le développement et la régénération des nerfs moteurs chez le poisson zèbre.

Prix du jury “Master” de la Société Française de Myologie

Le Prix spécial du jury fait partie des prix “Master” de la SFM. Il récompense un(e) jeune chercheur(se) pour la qualité de son travail de Master 2 en biologie dans le domaine de la Myologie (recherche clinique ou fondamentale).

Attribué cette année pour la deuxième fois consécutive, ce prix offre la prise en charge intégrale d'un congrès dans le domaine de la myologie pendant la thèse du récipiendaire qui pourra également présenter ses travaux à l'occasion d'une communication orale lors des prochaines journées de la SFM.

Rôle de la matrice extracellulaire dans le développement et la régénération des nerfs moteurs chez le poisson zèbre

Dès leur sortie de la moelle épinière, les axones moteurs, qui constituent les nerfs, sont guidés par de multiples signaux diffusibles et de contact, qu’ils soient attractifs ou répulsifs, leur permettant d’atteindre avec précision leur cible musculaire. Lorsqu’un nerf est endommagé, la même trajectoire est suivie par les axones en cours de régénération. Si les facteurs diffusibles ont fait l’objet de nombreuses études, ceux de contact qui sont des composants de la matrice extracellulaire (MEC), restent peu documentés. C’est à l’aide du modèle du poisson zèbre, petit vertébré très utilisé en recherche fondamentale et médicale, que mon équipe d’accueil a montré que le collagène XV-B, protéine de la MEC, est un acteur essentiel au guidage axonal. L’absence de cette protéine provoque des défauts de croissance axonale chez l’embryon et de locomotion chez la jeune larve. Le collagène XV-B n’est certainement pas le seul acteur de la MEC contribuant au guidage axonal. La MEC forme en effet des échafaudages protéiques complexes dont la fonction dépend étroitement de leur composition, de leur organisation spatiale et de leurs propriétés mécaniques. Ces informations, essentielles à la compréhension du guidage axonal par contact, sont cependant largement méconnues. Mon projet de thèse vise ainsi à déterminer la composition, l’organisation spatiale et la rigidité de la MEC qui guide les axones chez l’embryon mais aussi au cours de la régénération des nerfs de la larve après ablation nerveuse, et à identifier les cellules impliquées. La finalité de mon projet est l'élaboration de substrats synthétiques, sur la base des résultats obtenus, qui seront testés pour leur capacité à promouvoir la croissance des axones de motoneurones isolés à partir d’embryons de poisson. À terme, mes recherches contribueront à améliorer la conception de biomatériaux favorisant la repousse nerveuse chez les patients.

Collection
Disciplines
Mots clés