Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Scientific Breakthrough Program : 2 projets lauréats pour l'ENS de Lyon

Logo SBP
Actualité / Communiqué de presse
Résumé

Extrait du communiqué de presse de l'Université de Lyon du 12 juillet 2018.

Afin de donner au volet académique de l'IDEXLYON toute son ampleur, l’Université de Lyon a lancé l’appel à projets Scientific Breakthrough Program (SBP) au mois de décembre 2017. Les lauréats de cet appel disposeront d’un financement maximum de 1,2 million d'euros sur 3 ans pour soutenir des activités de recherche innovantes et ambitieuses, répondant à des enjeux majeurs, scientifiques et socio-économiques.

Description

L’appel à projets Scientific Breakthrough Program est destiné à soutenir les projets de recherche capables de contribuer à la politique et à la visibilité internationale du site Lyon Saint-Étienne et de renforcer son attractivité par l’émergence de nouveaux axes de recherche.

Pour cette première édition, plus d’une trentaine de projets ont été soumis. Le Groupe académique IDEXLYON (qui réunit les vice-présidents recherche et formation, ainsi que les représentants des organismes nationaux de recherche), en s’appuyant sur des expertises extérieures, a présélectionné 15 projets dont les représentants ont été auditionnés par le Scientific Advisory Board (SAB) de l’IDEXLYON.

À l’issue des auditions, et après avoir salué la très grande qualité des projets présentés, le SAB a établi une liste de 6 projets d’intérêt majeur, intégralement validée par le Comité exécutif du projet IDEXLYON (COMEX). Ces six projets lauréats rassemblent chacun, autour d’un porteur principal, un petit nombre d’équipes issues d’une vingtaine de laboratoires du site Lyon Saint-Étienne. Parmi les six projets, deux sont portés par des chercheurs de l'ENS de Lyon :

Machine Learning & Data Science for Complex and Dynamical Models (ACADEMICS)

Pierre BorgnatPorteur principal du projet : Pierre Borgnat, Directeur de recherche au CNRS.

Le projet ACADEMICS ("Machine Learning & Data Science for Complex and Dynamical Models") est
porté par : l’Institut Rhônalpin des Systèmes Complexes (IXXI) ; le Laboratoire de Physique à l’ENS de Lyon (LP ENS de Lyon) ; le Laboratoire d’Informatique du Parallélisme (LIP) ; le Laboratoire Hubert Curien (LabHC) ; le Laboratoire d’Informatique en Images et Systèmes d’information (LIRIS). L’objectif du projet est de développer et combiner des approches en « apprentissage machine » (Machine Learning) et en sciences des données (Data Analytics, Data Science), avec un objectif d’apprentissage de modèles complexes dans deux domaines scientifiques importants et porteurs d'enjeux globaux : la compréhension et la modélisation des mécanismes fondamentaux du climat, et la compréhension quantitative de mécanismes clefs en sciences sociales.

Sédimentation et propulsion de particules en écoulements turbulents

Mickael BourgoinPorteur principal : Mickaël Bourgoin, Directeur de recherche au CNRS.

La chute des corps est un phénomène que les scientifiques étudient de manière quantitative depuis la formulation de la théorie de la gravitation par Newton au XVIIe siècle. Il peut paraître surprenant que nous soyons pourtant toujours incapables de prédire une chose aussi simple que la vitesse de chute d’une goutte de pluie. Cela provient de la complexité du couplage entre la goutte et le fluide environnant (l’air de l’atmosphère), souvent lieu de fortes agitations, que l’on appelle turbulence. Des situations analogues (où des particules traversent un écoulement complexe) sont omniprésentes dans la nature, du cosmos lointain (dans les disques proto-planétaires notamment) jusque dans nos villes dont l’air est chargé de particules fines, en passant par les organismes vivants (bactéries, poissons, oiseaux, etc.) dans les océans, les rivières et l’atmosphère. Les scientifiques ont rapidement identifié que l’élément défaillant des modèles existants est une prise en compte correcte du couplage entre la dynamique de la poussière et celle du gaz environnant. Notre projet vise précisément à élucider les mystères de ce couplage, en associant des chercheurs de diverses disciplines (physiciens, astro et géophysiciens et mathématiciens) et en combinant des études expérimentales, théoriques et numériques. Ce projet réunit six laboratoires : le laboratoire de Physique à l’ENS de Lyon (LP ENS de Lyon), le Centre de Recherche Astrophysique de Lyon (CRAL), le Laboratoire de Géologie de Lyon (LGL), l’Institut Lumière Matière (ILM), l’Institut Camille Jordan (ICJ), le Laboratoire de Mécanique des Fluides et d’Acoustique (LMFA).

Voir l'intégralité des projets retenus.

Mots clés