Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Village numérique des sciences, un premier bilan avec Thierry Dauxois, vice-président Recherche

Fête de la Science 2020
Actualité

Résumé

Village des sciences de l'ENS de Lyon, un premier bilan

Description


La Fête de la science vient de s’achever, la première en « tout numérique » et l’heure d’un premier bilan arrive. Rencontre avec Thierry Dauxois, le vice-président Recherche de l’ENS de Lyon.


Quels sont les premiers chiffres, le premier bilan de la fête de la science ?

Lorsque l’on pose à Thierry Dauxois la question de la fréquentation, il souhaite tout d’abord souligner la grande richesse de la programmation. « Plus d’une quarantaine de conférences, ateliers, animations, quiz ont été proposés pour notre village virtuel des sciences sans compter les ressources en libre accès : conférence en ligne, exposition numérique, escape game, etc.
À cela s’ajoute la variété des sujets : astronomie, biologie, chimie, histoire, géographie, langues, littérature, physique, et tant d’autres. L’École s’est vraiment mobilisée pour organiser ce village virtuel des sciences. Je tiens à remercier l’ensemble des contributeurs.»

 

Pourquoi un village virtuel des sciences ?

« Le programme a effectivement changé. C’est un village des sciences « classique » qui devait être organisé comme toutes les années. Alors que les projets devaient être validés par le comité scientifique de la fête de la science, face aux incertitudes liées à la COVID19, nous avons décidé de revoir notre copie et d’imaginer un village virtuel des sciences. Complétement virtuel. Un nouvel appel à projets a été mis en place et il a eu beaucoup de succès. Afin d’aider les chercheurs, nous avons aussi tout de suite mobilisé des compétences présentes dans l’École pour accompagner les projets. »

C’est ainsi que des outils utilisés par l’Institut français de l’Éducation ou le service Dunes ont été mobilisés. Des formations ont été organisées pour les porteurs de projets afin de leur permettre de découvrir ces outils et de les adapter à leurs besoins. « Grâce à cette mobilisation, le nombre de projets en virtuel a légèrement dépassé celui de la précédente programmation. Pour un premier village virtuel des sciences pour notre École, on peut être très satisfait. Nous avons appris que nous étions le seul dans le Rhône. ».
Le défi a bel et bien été relevé, les porteurs de projets ont fait preuve d’innovation : réalisation de films, de quiz en ligne, utilisation des réseaux sociaux, élaboration de sites, etc. La créativité a été au rendez-vous tant sur la forme que sur le fond.
 

Village virtuel des sciences, le premier pour l’ENS de Lyon et ses visiteurs

« Le public a été au rendez-vous. Plus de 1500 personnes ont suivi les ateliers, événement, quiz, conférences, etc. Nous n’avons pas encore les chiffres pour les ressources en libre accès qui le sont d’ailleurs toujours. La conférence inaugurale virtuelle de Pierre Thomas a rassemblé 250 personnes qui sont restées du début à la fin. Qui s’en étonnera ?
Heureuse surprise, des collèges et lycées d’Avignon, de Grenoble par exemple ont pu profiter de notre programme. Le virtuel réduit les distances, notre programmation est devenue nationale en un clic, si je puis dire.

Je voudrais également signaler que la fête de la science mobilise bien sûr nos chercheurs expérimentés qui ont à cœur de participer à la diffusion des savoirs. C’est aussi le cas de nos étudiants, doctorants. Ils proposent chaque année de beaux projets et ce fut le cas cette année également.
Deux labos juniors, Phoebus et Il était une fois la géophysique de ont par exemple participé. Des étudiantes du département biologie ont proposé des quiz sur les réseaux (Instagram et Facebook), des étudiants de ce même département, une exposition en ligne sur le monde animal. On peut également citer les étudiants du département de chimie avec l’atelier crêpes et l’ex labo Junior Démesures et j’en oublie. Nos laboratoires en sciences humaines et en sciences exactes ont été, comme chaque année au rendez-vous.
Cette fête de la science représente bien notre École. Des sujets de vulgarisation grand public côtoient des sujets plus « pointus », tous sont attractifs. Par exemple, LittéNature chinoise : voyage littéraire au cœur des espace naturels chinois est un atelier qui a connu un grand succès. »
Cette fête de la science, renouvelée dans son format, a été une occasion d’apprendre et d’innover et surtout de transmettre auprès du public.
»

Le défi du village virtuel a été relevé par l’ENS de Lyon.


Chiffres clés

45 projets
14 ressources en libre accès
80 personnes impliquées (porteurs de projets, services supports)
1500 inscrits aux ateliers, conférences, quiz, etc.

Collection