Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Nos chercheurs publient

image de livre
Actualité

Résumé

Les chercheurs de l'École normale supérieure de Lyon publient régulièrement des ouvrages d'analyse ou des essais. Quelques exemples de fin 2018 et début 2019.

Description

Couverture de l'ouvrageL'arpenteur vagabond - Cartes et cartographies dans l'œuvre de Henry David Thoreau - ENS Éditions, avril 2019
Julien Nègre, Maître de conférences en littérature et civilisation des États-Unis, ENS de Lyon. Membre de l'Institut d'Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM)

Depuis les cartes anciennes qu'il a consultées et copiées jusqu'aux nombreux plans de géomètre qu’il a dessinés en tant qu’arpenteur professionnel, les cartes abondent dans les archives et la documentation de Thoreau. L’arpenteur vagabond s’intéresse à ces documents longtemps négligés par la critique et au rôle que cette familiarité avec le geste cartographique a joué dans le travail de l’écrivain. Ce parcours de l’ensemble de son œuvre montre que Thoreau, tout en mesurant parfaitement les limites et le biais idéologique de l’entreprise cartographique, y voyait aussi un outil irremplaçable de clarification et de mise au jour de phénomènes (humains et non humains) habituellement invisibles. Dans ses textes sur la nature comme dans ses essais plus explicitement politiques, la langue vagabonde et « extravagante » de Thoreau trouve ainsi dans les cartes un allié inattendu qui permet une redistribution polémique des spatialités et la mise en place d’un nouveau régime de visibilité.


1ere de couverture de l'ouvrageDes jeunes à la marge ? Transgressions des sexes et conformité de genre dans les groupes juvéniles - Presses universitaires de Rennes, mars 2019
Coordonné par Hélène Buisson-Fenet,  DR CNRS, chercheure à Triangle (UMR 5206 du CNRS hébergée à l'ENS de Lyon) et Aude Kerivel (dir.)

Poursuivant l’interrogation initiale des premières Rencontres Jeunes & Sociétés sur "les cadres et les modalités de la socialisation sexuée", cet ouvrage analyse les marginalités et les déviances juvéniles à l’égard des normes de genre. Les contributions étudient les modalités de production de pratiques et de représentations dont les contours, rapportés à l’ordre du genre et à ses critères de classements, ses catégorisations et ses comptages, tracent des groupes minoritaires, parfois placés sous un contrôle institutionnel qui marque l’évaluation d’une possible dangerosité sociale.

 

couverture de l'ouvrageLe métier d'enseignant : une identité introuvable ? - Entretiens Ferdinand Buisson - ENS Éditions, février 2019
Sous la direction d'Hélène Buisson-Fenet, directrice de recherche CNRS, Triangle et Olivier Rey

Le "monde enseignant" est un objet de fantasme social et politique de longue date. L'illusion d’une certaine unité de ce groupe social perdure, en décalage avec les études qui soulignent les segmentations, voire les fractures qui le divisent. Les "profs" peuvent tour à tour être perçus comme des agents du service public en première ligne pour défendre les valeurs républicaines ou des représentants d’une profession libérale rétive au changement, comme des fonctionnaires injustement reconnus ou au contraire trop corporatistes. Au sein même du monde enseignant, la caractérisation de la "professionnalité" est loin d’être consensuelle. Quelles sont les places respectives des savoirs disciplinaires et des savoirs pour enseigner ? Malgré la production de nombreux référentiels de compétences, ce qui fait aujourd’hui un "bon enseignant" n’est pas évident.

Peut-on pour autant parler d’une déprofessionnalisation enseignante au regard de l’évolution de la mission d’éducation que confie la société aux enseignants? À l’inverse, des formes de requalification qui renouvelleraient la vocation et le mandat social de l’enseignant sont-elles à l’œuvre ?

Cet ouvrage fait à la fois un bilan des connaissances sociologiques sur le monde enseignant et aborde par des exemples concrets les enjeux l’identitité professionnelle des enseignants.


1ere de couverture de l'ouvrageNadine Gordimer, Jump and Other Stories : Parcours Critiques - Éditions Cycnos 34.3, novembre 2018
Par Christian Gutleben et Vanessa Guignery, professeure des universités de littérature anglaise à l'ENS de Lyon, Irhim

Ce recueil d’articles porte sur Jump and Other Stories, l’œuvre de Nadine Gordimer qui est au programme de l’agrégation externe, et s’adresse donc essentiellement aux étudiants et aux formateurs de ce concours même s’il intéressera également tous les amateurs du prix Nobel de littérature de 1991. Le volume est composé de trois parties qui tentent de couvrir l’essentiel des enjeux narratifs, épistémologiques et éthiques des nouvelles de Gordimer. Dans une première partie, c’est l’inextricable question des choix génériques qui est abordée avec plusieurs réflexions sur le réalisme hybride mis en œuvre dans ces récits courts, un réalisme qui fait la part belle au réel sans jamais oublier de signaler les artifices de la représentation. Du modernisme, Gordimer a hérité l’exploration des consciences tourmentées, l’importance des points de vue multiples et la mise en valeur, souvent ironique, des moments épiphaniques. C’est peut-être à cause de ce mélange de réalisme et de modernisme que l’on peut évoquer au sujet de Jump and Other Stories une veine postmoderniste – à moins que ce ne soit à cause de la dimension métatextuelle ou de l’éthique du témoignage. Le deuxième volet de ce recueil s’intéresse à l’esthétique de la fragmentation ou du kaléidoscope en mettant l’accent sur les divisions visibles dans les univers diégétiques autant que sur les ruptures dans l’organisation narrative, le système de focalisation et les modes discursifs. Enfin, la dernière section aborde le problème des codes et des divers langages qui séparent plutôt qu’ils unissent les mondes et les personnages de ce monde d’une communication enraillée ; elle propose, dans l’ordre, une analyse sémiotique des vêtements, une étude du dysfonctionnement des moyens de communication et une enquête sur la signification et le fonctionnement des traces fussent-elles sémantiques, sémiotiques et historiques.


couverture de l'ouvrageThe Poetics of Fragmentation in Contemporary British and American Fiction - Vernon Press, février 2019
Vanessa Guignery, professeure des universités de littérature anglaise à l'ENS de Lyon, Irhim

Le propos de l’ouvrage collectif The Poetics of Fragmentation in Contemporary British and American Fiction est d’examiner les raisons de l’intérêt renouvelé pour l’écriture du fragment dans la littérature britannique et américaine des XXème et XXIème siècles en en analysant les modalités et la façon dont les œuvres contemporaines empruntent aux expérimentations modernistes et postmodernistes pour créer leur propre esthétique qui s’en inspire ou s’en éloigne. Les articles du volume examinent en particulier des œuvres multimodales et multimédiales qui font se rencontrer plusieurs genres et arts pour créer des objets innovants. Les contributeurs se penchent en outre sur les liens spécifiques entre la fragmentation dans la littérature contemporaine, dont on peut dire qu’elle relève d’une poétique de la précarité et de la vulnérabilité, et la réalité sociale, politique et technologique du monde contemporain. La réflexion sur les rapports entre fragmentation et totalité suggère que dans les ouvrages étudiés, le fragment cesse d’être associé à un sentiment de rupture et de perte, à une nostalgie pour le tout (comme dans l’esthétique postmoderniste), mais est envisagé comme un moyen pour la fiction d’investir de nouvelles formes.

Couverture du livreAnalyse des Interactions en classe de physique - Le geste, la parole et l'écrit - Éditions L'Harmattan​, octobre 2018
Par Karine Bécu-Robinault, maîtresse de conférences à l'ENS de Lyon

Cet ouvrage offre une contribution originale dans le champ de la didactique de la physique. Des ancrages théoriques, relatifs à l’épistémologie et la sémiotique, ont été articulés pour constituer le cadre épistémo-sémiotique, mobilisé ensuite pour la conception et l’analyse de séances d’enseignement. Les hypothèses sous-jacentes à ce cadre reposent sur l’élaboration des savoirs en physique et leurs modes de communication. Les travaux présentés s’inscrivent dans le contexte de projets collaboratifs. Les séquences conçues, mises en œuvre et analysées prennent en considération les conditions institutionnelles et matérielles ainsi que divers cadres théoriques relevant des sciences de l’éducation. Après une présentation du cadre épistémo-sémiotique, des exemples d’analyse de séances conçues avec les enseignants de l’école élémentaire, du collège et du lycée sont présentés. Les résultats s’appuient sur une variété de données systématiquement combinées à des vidéos de classe. La sélection des résultats de recherche est organisée en trois parties : le rôle des dispositifs pédagogiques, les aides et les obstacles à l’étude et enfin les pratiques d’enseignement.

couverture de l'ouvrageÉcrits, genre et autorités - Enquête en Tunisie - ENS Éditions
Abir Kréfa, UMR 5283 Centre Max Weber

Depuis la révolution, la Tunisie a attiré nombre de chercheurs, de journalistes et d'experts. Une pléthore d'articles et de discours médiatiques ont foisonné sur les mobilisations sociales et politiques, les résultats des élections d’octobre 2011, les démêlés avec la justice de militants et d’artistes. Cependant, si la révolution, puis la victoire électorale des islamistes ont placé ce pays au centre des actualités internationales, les relations entre les artistes et les institutions autoritaires, les conditions socio-économiques de création des œuvres et les rapports de genre à l’œuvre dans les mondes de l’art demeurent inconnus. Fondé sur une longue enquête de terrain, cet ouvrage comble ces manques en opérant une analyse détaillée de l’univers littéraire tunisien et des rapports sociaux de sexe qui le traversent jusqu’à la révolution. Il déspécifie la Tunisie, souvent présentée comme une exception. Au-delà de ce pays, il rend intelligibles les façons dont se reproduisent les rapports de genre et les modes de domination en contexte autoritaire.

 

couverture de l'ouvrageLe Réel de la Poésie  - Éditions Kimé - Parution le 10 mai 2019

textes réunis par Corinne Bayle, Professeure de littérature française à l'ENS de Lyon et Eric Dayre, professeur de Littérature comparée à l'ENS de Lyon

Le "réel de la poésie" : la proposition interroge le réalisme forcené de notre époque, sa prétention particulière de définir la réalité en supposant que la poésie n'y joue aucun rôle, dissociée des "choses telles qu'elles sont", en un mot, étrangère à la vie réelle.

Que peut la poésie ?  Depuis le Romantisme, elle s'interroge sur elle-même et sur sa valeur dans un monde qui n'a rien à faire d'elle ; le poète poursuit son questionnement des mots en attente de soulèvement du réel. Il refuse compromission ou capitulation. Il rêve d'une parole poétique performative, d'une poésie "en avant".

 

Disciplines
Mots clés