Liens transverses ENS de Lyon

Agenda de l'ENS de Lyon

Exposition "Avoir 20 ans sur les ondes"

Exposition

Lundi 11 mar 2013 - Vendredi 29 mar 2013
A l'occasion de la 2e journée de la radio (29 mars 2013), Enplastik! et Trensistor proposent une exposition artistique et documentaire dans le Forum Felix Pécaut. Vernissage le lundi 11 mars à 18h. Toutes les infos sur la Journée de la radio sur www.journeedelaradio.fr

Intervenant(s)

A l'occasion de la 2e journée de la radio (29 mars 2013), Enplastik! et Trensistor proposent une exposition artistique et documentaire dans le Forum Felix Pécaut. Vernissage le lundi 11 mars à 18h. Toutes les infos sur la Journée de la radio sur www.journeedelaradio.fr

Description générale

 Jusqu’au début des années 1960, les jeunes n’existaient pas. Pour la radio du moins. Contrairement au public enfantin ou au public adulte, les jeunes n’avait pas été constitués comme une catégorie d’audience spécifique. Tout change en 1959 avec le lancement de « Salut les copains » — l’émission de la génération yéyé sur Europe 1 —, suivi d’une invention qui bouleverse les pratiques d’écoute, celle du transistor. Fini le poste unique trônant au milieu du salon et autour duquel on se rassemble en famille, la radio devient individuelle. En mai 68, alors que la télévision apparaît comme le média du pouvoir, la radio devient celui de la jeunesse. 400 000 transistors sont vendus en une semaine et le nombre de radios pirates explose : c’est vers elles que se tournent les nouveaux auditeurs.
En 1980, le service public tente à son tour de parler aux jeunes en lançant Radio 7. Mais, un an plus tard, la libéralisation des ondes voit la multiplication d’antennes privées avides de s’attirer l’oreille des moins de trente ans. Les jeunes sont un enjeu et NRJ (la Nouvelle radio des jeunes créée en 1981), Fun (1985) ou Skyrock (1986), l’ont bien compris. Dépassée, Radio 7 rend l’antenne en 1987 et il faut attendre 1997 pour que le service public reparte à l’assaut du public jeune avec la création du Mouv’. Les débuts de la chaîne à « l’esprit rock » sont difficiles et le Mouv’ peine toujours à trouver son public.
Aujourd'hui, le numérique et l’Internet ont encore métamorphosé les pratiques d’écoute, mais ils ont aussi transformé la prise de parole : les radios pour les jeunes se doublent maintenant de radios par les jeunes. Des radios ou webradios étudiantes aux plateformes généraliste mais désireuses, ainsi qu’Arte Radio (2002), de donner la parole à la génération des 20-30 ans, la jeunesse doit aujourd'hui être pensée non seulement comme objet, mais aussi comme sujet de la radio, non seulement comme oreille, mais aussi comme voix.