Liens transverses ENS de Lyon

Agenda de l'ENS de Lyon

Évolution et Développement d’un organe sériel : la molaire.Transcriptomique comparée des bourgeons de molaire chez les rongeurs

Soutenance de thèse

Jeudi 02 fév 2017
14h00
Soutenance de Mme Coraline PETIT de l'IGFL sous la direction de Mme Marie SEMON

Intervenant(s)

Soutenance de Mme Coraline PETIT de l'IGFL sous la direction de Mme Marie SEMON

Description générale

Les programmes de développement font appel à l'expression coordonnée de milliers de gènes, à laquelle le RNA-seq nous donne maintenant accès.

Quelles différences d'expression sous-tendent les différences de programmes de développement, (i) entre organes similaires d'une même espèce ? (ii) entres organes homologues dans des espèces différentes ? Alors que d'autres études s'intéressent à des gènes maîtres régulateurs, je me suis intéressée au transcriptome pris dans son ensemble, dans ce qu'il peut nous apporter pour comprendre les différences de programme de développement en relation avec la morphologie finale. Notre modèle est le développement des molaires inférieure et supérieure chez les rongeurs, pour lesquelles nous avons obtenus des séries transcriptomiques de germes dentaires complets ou de germe coupés en deux.

La majeure partie de la variation dans ces données correspond à un signal temporel qui est observé pour organes complets au cours du développement, mais aussi plus finement entre réplicats et enfin au niveau de dents coupées en deux.

Le deuxième patron de variation est la différence entre la molaire inférieure et supérieure.

Nous avons mis en évidence que le transcriptome reflète les proportions relatives de tissus qui le composent et nous renseigne sur des différences de population de cellules constituant chaque molaire. Ainsi les molaires de souris diffèrent entre elles par leur composition relative en mésenchyme et en tissu de cuspides.

Puis nous avons montré que les spécificités des programmes inf/sup sont conservées chez la souris et le hamster. Cependant, les différences transcriptomiques entre ces deux espèces ne corrèlent pas avec les différences morphologiques, même dans le cas où la morphologie est similaire. Cette évolution rapide des profils temporels d'expression est compatible avec un phénomène de dérive développementale.

Complément

ENS de lyon - Site Monod - Salle des Thèses

Disciplines