Liens transverses ENS de Lyon

Agenda de l'ENS de Lyon

Itinéraires du désir dans la philosophie de Giordano Bruno

Date
ven 14 déc 2018
Horaires

14h

Intervenant(s)

M. Alberto FABRIS, du laboratoire IHRIM - UMR 5317 -, sous la direction de M. Saverio ANSALDI et de M. Fabio RAIMONDI.

Langue(s) des interventions

Description générale

Le présent travail de thèse est consacré à la question du désir ainsi qu’elle émerge dans la philosophie de Giordano Bruno (1548-1600). En dépit de sa place relativement marginale dans le corpus très vaste des études bruniennes et malgré sa présence non immédiatement évidente dans les écrits du Nolain, nous pensons qu’une recherche sur le statut du désir peut ouvrir une perspective pertinente et radicale sur la pensée de ce philosophe de la Renaissance tardive. Loin d’être une question accessoire, le désir se situe au coeur de la philosophie de Bruno et incarne le rythme immanent de sa spéculation. Face au thème capital de la nolana filosofia – la modalité à travers laquelle le fini réalise et exprime l’infini – la question du désir nous ouvre des chemins suggestifs à travers l’imposante oeuvre de l’ex-moine dominicain. Nous avons abordé ce sujet sous plusieurs perspectives, toujours attentifs à exprimer le caractère systématique susjacente à la grande ampleur des thématiques que l’on trouve dans les écrits du philosophe. Nous avons préféré procéder de manière diachronique, en privilégiant une approche conceptuelle plutôt qu’un exposée de la philosophie brunienne dans son déroulement chronologique. Nous nous sommes d’abord penchés sur un traité tardif, la Lampas triginta statuarum, où le désir apparaît comme la force qui amène les « ténèbres » indistinctes à exprimer la richesse infinie de formes qu’elles enferment en puissance. Dans les dialogues italiens à sujet cosmologique, le désir, force immanente aux révolutions des planètes qui assurent à la succession des saisons et des civilisations, réalise dans chaque être la vicissitude qui lui permet « d’être tout et de devenir tout ». La comédie italienne le Chandelier montre comme la poursuite d’un désir statique, obsessionnel et contraire à la nature amène inévitablement à la perte des personnages qui l’incarnent. Cette même aspiration “civile” sera présente dans le traité magique Des liens où le philosophe-mage s’appuie sur l’amour, « le lien le plus puissant », pour donner vie à une république qui à travers ses citoyens reflète la puissance infinie inhérente à la nature. En dernier lieu, nous verrons comment, dans Des fureurs héroïques, l’élan cognitif qui amène Actéon à « devenir nature » correspond à la manière plus proprement humaine de réaliser l’infini.

Gratuit
Mots clés
Disciplines