Liens transverses ENS de Lyon

Agenda de l'ENS de Lyon

Rencontre : Le monde revient

Date
mar 15 oct 2019
Horaires

de 17h à 19h

Langue(s) des interventions

Description générale

La terre embrasse le sol, Tiphaine Calmettes : rencontre #7

Le monde revient. Construction et transmission de récits autour de pratiques d’autonomie collective, enquêter.

Dans le cadre du projet La Mêléel'artiste Tiphaine Calmettes invite Josep Rafanell i Orra, psychologue et psychothérapeute.

On pourrait considérer avec d’autres que ce qu’on appel le la Modernité fut une longue éclipse du monde : institution d’un sujet autonome réflexif rompant avec son appartenance à des milieux singuliers, entreprise de séparation entre la Nature et la Culture dans la longue marche du Progrès, défaite des communautés dans  la naissance des Etats et la constitution de la population. L’historien Stephen Toulmin évoque la résonance entre plusieurs traits de cette modernité comme autant de passages : l’oralité cède la place à l’écriture, la pensée du particulier est remplacée par l’abstraction de l’universel, l’expérience du local est absorbée par l’institution du général, les temporalités relatives des relations entre les êtres se dissolvent dans la flèche du temps téléologique.

Mais, et si le paradoxe de l’époque que nous vivons faisait que c’est justement la multiplication d’effondrements qui ouvre le voie à des nouvelles perceptions de notre rapport au monde, à des nouvelles sensibilités, à la possibilité des nouvelles expériences pour des formes de vie commune ?
On pourrait dire alors : le monde revient. Et la possibilité d’autres formes de vie qui nous invitent au partage. Et au combat. Car pour que notre expérience puisse s’affirmer il faut démanteler l’antimonde de l’économie. Dans ce sens, ouvrir un travail d’enquête sur des modes d’existence de ces nouveaux communaux, c’est participer à leur éclosion et, en même temps, lutter contre ce qui en dénie la possibilité.

 

Nous espérons que les groupes écologistes écarteront tout appel au « chef de l’Etat » ou aux institutions bureaucratiques nationales et internationales, c’est-à-dire à des criminels qui contribuent matériellement à la crise écologique actuelle. Nous pensons que c’est aux gens eux-mêmes qu’il faut faire appel, à leur capacité d’agir directement et de prendre en main leur propre vie. C’est seulement ainsi que s’édifiera une société sans hiérarchie et sans domination, une société où chacun sera le maître de son propre destin.
Murray Bookchin, Roots, New-York, 1969

La rencontre se tiendra dans le jardin Descartes, dans l'agora en terre crue en cours de construction (à proximité du bâtiment recherche).

Gratuit
Mots clés
Disciplines