Liens transverses ENS de Lyon

PHIC4284 : Les concepts fondamentaux du droit

Niveau M1+M2

Discipline(s) Philosophie

ECTS 4.00

Période 2e semestre

Localisation Site Descartes

Année 2019-2020

 Public externe (ouverts aux auditeurs de cours)
 

Horaires du cours
9h30 - 12h30 : 10/02, 9/03, 23/03, 6/04, 4/05; 18/05.

Objectif du cours

 

Objectif :

 

Le droit, sa production, son mode de pensée et ses concepts opératoires, pourtant identiques ou proches de ceux utilisés par la philosophie (sujet, action, responsabilité, cause, preuve...), ont longtemps été surtout appréhendés par cette dernière à travers les seules notions de Loi, de Justice ou d’État. Comme si le discours que la philosophie tenait sur le droit passait par l'oubli ou le refoulement de ce qui fait sa spécificité, pour ne retenir que sa finalité ou ses manifestations les plus évidentes.

 

Opérant un revirement vers le discours que le droit tient sur lui-même et sur ses concepts, ce cours a pour objectif de les éclairer philosophiquement : en s'intéressant à la façon dont cette discipline a été – ou parfois, n'a pas été – pensée par la philosophie, en tentant de l'appréhender à partir de l'implicite des notions ou concepts que le droit utilise.

 

Cet enseignement permettra aux étudiants, dans la perspective de recherches ultérieures ou de l'agrégation, de disposer de solides connaissances dans ce champ particulier de la philosophie morale et politique qu'est la philosophie du droit. Tout en en gardant une approche résolument philosophique, cet enseignement pourra aussi constituer une ouverture vers le droit pour des étudiants qui souhaiteraient découvrir les techniques de cette discipline (par exemple en vue d'une spécialisation dans ce champ ou pour passer des concours comportant cette matière, pour lesquels la connaissance des spécificités y compris théoriques de cette discipline est indispensable).

 

Contenu :

 

Ce cours s'inscrit dans le prolongement du cours de l'année précédente, dont il rappellera les acquis mais poursuivra les recherches : il peut donc tant accueillir ceux qui ont suivi cet enseignement l'année dernière que de nouveaux étudiants.

 

Les séances introductives viseront à rappeler comment la philosophie a rendu compte du fait juridique, de l'Antiquité (notamment à travers Platon, Aristote ou Cicéron), au Moyen-Age (en particulier avec Thomas d'Aquin) puis à l'époque classique (Hobbes, Grotius, Domat) ou avec l'idéalisme (Kant, Fichte, Hegel). Elles éclaireront également la tentative de fondement d'une scientificité du droit à compter du XIXème siècle, aboutissant à l'entreprise kelsenienne, pour commencer à aborder la vision moderne de H. Hart et R. Dworkin. Ces séances initiales seront également l'occasion d'esquisser une première définition philosophique du droit, qui sera ensuite nourrie par l'approche conceptuelle qui suivra.

 

D'un point de vue méthodologique, le discours philosophique sur le droit, qui n'entre pas toujours dans le détail des mécanismes intellectuels de cette discipline, sera notamment examiné à la lumière de la pratique juridique, mais aussi comparé aux tentatives des juristes pour théoriser cette matière.

 

Ainsi, en mobilisant, complétant, approfondissant les acquis des séances introductives, les séances qui suivront auront pour objectif d'éclairer les concepts fondamentaux du droit (notamment : sujet, intention, action, propriété, causalité, texte-loi-code, preuve et vérité, responsabilité, procès, jurisprudence...), en les confrontant, tant aux textes topiques que la philosophie leur a consacrés (occasion ici de voir ou revoir les philosophes évoqués plus haut, ou d'autres), qu'à des exemples concrets de définition ou d'usage de ces notions par la discipline juridique (grandes décisions de justice, exemples de textes de loi ou de constitutions, théorie du droit). Il s'agira donc, également, de se livrer à une analyse philosophique de certains textes tirés du corpus directement juridique (code civil ou pénal, lois sur la bioéthique, sur l'environnement, décisions de justice sur la fin de vie, etc.).

 

A l'issue de ce cours, les étudiants disposeront d'une connaissance solide des textes et notions canoniques de la philosophie du droit (de l'Antiquité à l'époque moderne puis contemporaine en passant par la séquence médiévale et classique). Mais cet enseignement devrait également les avoir initiés à une confrontation de ces notions et concepts philosophiques avec la pratique d'une discipline qui constitue un système en tant que langage porteur d'effets dans la réalité (textes de droit, condamnations établissant une vérité judiciaire contestable etc...), et qui reste elle-même en perpétuelle recherche de fondement théorique.

Benjamin Joly, normalien, est juriste et philosophe. 

 

 

L'essentiel du corpus des textes qui seront mobilisés pour le début de la première séance sera mis à disposition des étudiants avant cette dernière, une bibliographie plus précise pour l'ensemble du cours sera distribuée au début de l'enseignement.

Modifié le :
09/03/2020 13:54:02