Liens transverses ENS de Lyon

SCSO4114 : Regards croisés début/fin de vie en philosophie de terrain

Niveau M1+M2

Discipline(s) Sciences sociales

ECTS 5.00

Période 1e semestre

Localisation Site Descartes

Année 2020-2021

 Public externe (ouverts aux auditeurs de cours)
 

Horaires du cours
14/11, 9h-13h : Réflexion sociologique et philosophique sur la place de la médecine à l’arrivée de la vie et à l’approche de la mort
27/11, 8h30-12h30 : Législations autour du début et de la fin de vie : questions ouvertes
4/12, 14h-18h : Histoire et évolution des soins palliatifs : la sédation en question — Histoire et évolution des soins en maternité : l’allaitement en question
18/12, 8h30-12h30 : La prise en charge des personnes âgées : regards sur la vieillesse — L’accueil des nouveaux-nés : regards sur la naissance
22/01, 8h30-12h30: Présentation et discussion des travaux de validation
Objectif du cours

Présentation

La fin de vie est l’une des grandes thématiques contemporaines de l’éthique en santé : d’un côté, les progrès de la médecine permettent de maintenir les personnes en vie plus longtemps, mais parfois dans un état général très dégradé ; d’un autre côté, le mourir est devenu tabou dans l’intimité, et on délègue à la société sa prise en charge institutionnalisée, voire on demande à la médecine de nous redonner une maîtrise sur la mort, quand on semble avoir perdu la maîtrise de sa vie. À l’autre extrême, le début de vie est aussi un thème important pour l’éthique en santé : les progrès de la médecine ne permettent pas seulement de vivre plus longtemps, ils ont aussi conduit à une grande réduction de la mortalité infantile et maternelle à la naissance, et ils aident aujourd’hui de nombreux couples infertiles à réaliser leur désir d’enfant ; pour autant, la place de la médecine est de plus en plus remise en question, à la fois dans un processus dont on peut revendiquer la dimension naturelle et physiologique, et dans un évènement qui est considéré comme relevant de l’histoire personnelle et intime des individus, des couples et des familles. Entre soins palliatifs, sédation, suicide assisté et euthanasie ; entre procréation médicalement assistée, maisons de naissance et « usine à bébés » les connotations et enjeux s’entrechoquent, et les représentations sociales s’entremêlent, au point que l’on se sait plus de quoi l’on parle et que les débats dits éthiques se transforment en opposition de valeurs en apparence irréconciliable : c’est à celui qui parlera le plus fort, le dernier, ou qui aura le plus de charisme, et on perd de vue ce qu’il y a d’éthique et de réflexif dans la discussion.

Ce cours sera l’occasion de faire le point sur ce qui est exactement en questionnement dans les débats contemporains, ce qui implique de réinscrire ces enjeux dans leur contexte social, juridique, institutionnel, philosophique et éthique. Il s’appuiera entre autres sur une analyse réflexive des évolutions législatives en cours (loi Léonetti de 2005, loi Clayes-Leonetti de février 2016, loi belge du 28 avril 2002 ; code de la santé publique sur le suivi de la grossesse, la procréation médicalement assistée et les établissements de naissance), sur notre expérience de travail au quotidien auprès de plusieurs équipe mobile de soins palliatifs (EMSP, Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard et Hôpital Edouard Herriot) et des équipes soignantes en maternité (Centre médical de la MGEN de Lyon, Hôpital Femme Mère Enfant de Bron), et sur une lecture critique de diverses publications (articles de grands quotidiens, publications de recherches scientifiques, avis du Comité Consultatif National d’éthique, recommandations professionnelles des autorités de santé etc.).

 

Objectifs :

  • Apprendre à construire une approche plurielle et réflexive de débats sociétaux en cours et touchant des questions porteuses de valeurs fortes et de nature affective ;
  • Réinscrire des pratiques institutionnalisées contemporaines dans l’histoire de leur mise en place et de les différentes logiques ayant amené leur évolution actuelle ;
  • Acquérir une méthode de lecture critique de textes issus de différentes sources et de recherche d’informations de divers points de vue dans les médias à disposition ;
  • Disposer d’une approche compréhensive du début et de la fin de vie pouvant être ensuite réinvestie dans des réflexions éthiques participatives.

Pas de pré-requis spécifique en philosophie ou dans le domaine de la santé.

Modalités de validation :

Présentation orale et discussion d’un travail sur une grande thématique du début et/ou de la fin de vie.

Cours assuré par Maud Bénétreau et Julie Henry

Inscription préalable requise auprès de julie.henry[a]ens-lyon.fr

Cours obligatoire du parcours Approche plurielle de la santé, nombre d'étudiants hors parcours limité.

Modifié le :
09/10/2020 10:45:17