Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Les LéA, lieux d'éducation associés à l'IFÉ

pictogramme LéA
Actualité

Résumé

Rencontre avec Réjane Monod-Ansaldi, coordinatrice nationale

Description

A l’occasion de la 3e rencontre nationale des LéA qui se déroulait le 15 mai, nous avons rencontré Réjane Monod-Ansaldi, chargée d’études et de recherche à l’IFÉ et coordinatrice nationale du réseau.

- Qu’est ce qu’un LéA ?

Les lieux d’éducation associés à l’IFÉ (pas nécessairement des établissements scolaires) sont des lieux où des équipes de terrain travaillent en collaboration avec des chercheurs. Ils construisent ensemble un projet de recherche qui est signifiant pour l’ensemble des acteurs impliqués. Le développement des LéA est au cœur du projet scientifique de l'IFÉ.

-  « Ce n’est pas parce qu’on a envie de travailler ensemble et que c’est une bonne idée de le faire, que c’est facile à faire », déclariez-vous lors de la 2e rencontre nationale des LéA. Que vouliez-vous dire ?

A la fois que cette idée est une bonne idée, qu’elle répond effectivement aux attentes des acteurs de la communauté éducative, et qu’elle a bien sûr une utilité réelle. Mais aussi qu’elle suppose que tous les acteurs, certes, avec des fonctions différentes soient au même niveau de reconnaissance. Chacun amène ses compétences, ses attentes, ses représentations, son rapport au temps, etc. Il faut, in fine, construire un projet commun qui soit pertinent et nourissant pour tous.

Où en est le projet des LéA ?

Nous avons débuté en 2011 avec une dizaine de lieux, nous en avons aujourd’hui 24. Un appel à candidature a été diffusé en février 2013, nous pensons élargir le réseau à une trentaine de lieu à la rentrée prochaine. Les réponses à notre appel nous ont permis de constater l’intérêt des acteurs de l’éducation : nous avons reçu beaucoup de candidatures de qualité émanant de différents acteurs (responsables institutionnels, enseignants ou checheurs), indices de l’intérêt de la communauté éducative, ce qui est très encourageant pour le projet et atteste de sa pertinence.

Comment fonctionne un LéA ?

Un LéA repose sur plusieurs acteurs : les « dirigeants » du lieu, les enseignants, les chercheurs, de plus en plus souvent des formateurs et parfois les collectivités locales concernées. Une convention définit les objectifs et précise les moyens nécessaires pour les atteindre. C’est une étape importante car elle institutionnalise le rapport entre les acteurs : les LéA ont vocation à nourrir les institutions.

Chaque LéA a deux correspondants : un chercheur et un correspondant de terrain.  Le chercheur est responsable de l’implication de l’IFÉ dans le projet, de sa qualité scientifique et de la diffusion de ses résultats dans les communautés de recherche. Le correspondant de terrain organise le lien entre la recherche et l’établissement (le CA, les parents d’élèves, l’académie, l’environnement au sens large), et pour cela tous les moyens sont bons (sur le site de l’établissement,  lors des journées portes ouvertes, etc.). L'enjeu c'est l’augmentation du nombre d'acteurs participant au projet et à la dissémination des résultats.

 Et vous, quel est votre rôle ?

Je coordonne les actions d’accompagnement des LéA et d’animation du réseau : les journées nationales en constituent des moments forts. Cette coordination est aussi un fait collectif, avec l’implication d’un comité de pilotage et d’un comité scientifique qui éclaire les grandes décisions à prendre. Le comité de pilotage joue un rôle essentiel, en particulier Nicolas Favelier, coordonnateur administratif et logistique, et Catherine Loisy, pour le développement des outils du réseau (par exemple le journal de bord des LéA). Nous bénéficions aussi de l’engement d’étudiants des masters de l’Ecole, en particulier cette année Mélodie Faguet du master ADMIRE pour l’étude des interactions entre les acteurs et Ghita Benotmane du master architecture de l’information pour la création d’un site dédié aux LéA.

Quelles diffusions pour les LéA ?

La diffusion passe par des canaux multiples : par le réseau des LéA lui-même (rencontres nationales et site national dédié), mais aussi par les institutions d’appui, en particulier le Département recherche développement innovations expérimentation du ministère de l'Éducation natinale, par son réseau social Respire et son répertoire national d’exprimentation Experithèque ; et enfin par les travaux des chercheurs au sein de leurs communautés respectives.

La participation de certains LéA à des actions institutionnelles des académies ou du ministère entraîne d’autres sollicitations. Par exemple, grâce sa participation aux journées nationales de l’innovation, le lycée Germaine Tillion est sollicité par d’autres académies pour présenter ses travaux ; ou encore, grâce à l’implication des équipes de recherche du réseau, plusieurs LéA sont impliqués dans les réponses à l’appel d’offres Apprentissages de l’ANR (déposées le 14 mai dernier).

Les journalistes commencent également à s’intéresser à nos travaux ce qui permettra une diffusion vers le grand public (articles à venir dans le Progrès et dans le café pédagogique).

Un bilan rapide de cette troisième rencontre des LéA ?

Une journée très riche difficile à résumer en quelques lignes ! Plusieurs problématiques du réseau des LéA ont été identifiées telles que la place des élèves dans la construction des LéA, la restitution des résultats des recherches, les liens avec les collectivités locales, etc… Ont été aussi soulignées : la nécessité d’une réflexion de fond sur les spécificités des recherches menées au sein des LéA, tant du point de vue théorique que méthodologique ; la nécessité d’approfondir les modalités d’échanges entre LéA (à travers site, blog, revue, rencontres nationales et locales…), de publication et de diffusion de leurs résultats.

L’ensemble des réflexions va se poursuivre à distance à l’intérieur du réseau et lors de ses prochaines rencontres. Des modifications des outils et du dispositif sont en cours, de nouvelles façons de faire et d’échanger restent à penser pour faire évoluer les LéA  vers plus de pertinence et d’efficacité.  Une dynamique est en marche !

En savoir +

Un bilan complet à lire dans le prochain bulletin de la Recherche de juin  : abonnez vous au bulletin : http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/bulletins

Le site des LéA : http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/lea

Équipe de pilotage
Elle est en lien avec les correspondants LéA de chaque lieu et les correspondants IFÉ de chaque équipe de recherche. Sa composition : Aristide Criquet, Nicolas Favelier, Brigitte Gruson, Catherine Loisy, Réjane Monod-Ansaldi, Serge Quilio et Luc Trouche.
Comité scientifique
Il intègre des chercheurs représentatifs d’un ensemble de champs scientifiques qui peuvent éclairer le développement des LéA et des représentants d'institutions collaborant avec l'IFÉ (CD-IUFM, DGESCO, rectorat de Lyon). Composition (en cours de finalisation) : Sylvie Coppé, Denise Courbon, Patrick Demougin, Fabienne Federini, Sophie Fermigier, Michel Grangeat, Brigitte Gruson, Nicolas Lechopier, Catherine Loisy, Michel Lussault, Réjane Monod-Ansaldi, Catherine Perotin, Mathieu Potte-Bonneville, Serge Quilio, Bénédicte Robert, Emilia Sanabria, Philippe Savoie, Gérard Sensevy, et Luc Trouche.