Actualité de l'ENS de Lyon

Pinar Selek, Sociologue turque

Image absente
Actualité
Résumé

Docteur honoris causa de l'ENS de Lyon - cérémonie du 4 octobre 2013

Description

Pinar Selek est née en 1971 à Istanbul.
Convaincue qu’il faut «analyser les blessures de la société pour être capable de les guérir » elle s’inscrit en sociologie à l’université de Mimar Sinan d’Istanbul en 1992. En parallèle elle travaille sur les discriminations dans la société turque, la persécution des Kurdes, la situation des enfants des rues, des prostituées, des gitans, des transexuels...
Elle obtient son DEA de sociologie en 1997. Son mémoire, mené sur des transexuels et des travestis, est publié en 2001 sous le titre : « Masques, cavaliers et nanas. La rue Ülker : un lieu d’exclusion ». Pinar Selek s’intéresse également à la question kurde. Le 11 juillet 1998, elle est arrêtée par la police d’Istanbul et torturée. Elle refuse de livrer l’identité des militants kurdes qui collaboraient à ses recherches.
Elle passe deux ans et demi en prison mais persiste à continuer ses travaux, à défendre des valeurs féministes et les Droits de l’Homme. La justice turque la poursuit à trois reprises pour un crime qu’elle nie. Elle est innocentée à chaque fois. Elle est pourtant condamnée le 24 janvier 2013 à la prison à vie.
Exilée en France et accueillie à l’université de Strasbourg, Pinar Selek prépare actuellement une thèse sur les mouvements d’émancipation en Turquie. Elle organise de nombreuses rencontres et manifestations antimilitaristes. Elle écrit également dans des journaux contre le militarisme, le nationalisme, l’hétérosexisme, le capitalisme... En Turquie comme en Europe, de nombreux collectifs soutiennent activement son action de militante des Droits de l’Homme, de la liberté d’expression et de la cause des minorités.

Parmi ses titres, distinctions et publications :

– 2004 : Barisamadik (Nous n’avons pas pu faire la paix) sur la culture militariste
et les mobilisations pour la paix en Turquie ;
– 2008 : Sürüne Sürüne erkek olmak (Devenir homme en rampant) sur la construction de la masculinité dans le contexte du service militaire ;
– contes, nouvelles, essais et poèmes édités en Turquie ;
– publications en français : Loin de chez moi... mais jusqu’où ? (mars 2012), petit livre de réflexion philosophique sur la condition de l’exil, et un premier roman La maison du Bosphore ;
– Pinar Selek est rédactrice en chef de la revue théorique féministe « Amargi ».
Photo Engin Akgurbuz

Un vibrante cérémonie


Retrouvez la cérémonie au cours de laquelle Jacques Samarut, président et directeur général par intérim de l'ENS de Lyon, a remis les insignes de Docteur Honoris causa à Jamaâ Baïda, Boualem Sansal et Pinar Selek, le 4 octobre 2013.
Mots clés