Actualité de l'ENS de Lyon

Luigi Ambrosio, honneur à un mathématicien discret

Image absente
Actualité
Résumé

Prochain Docteur Honoris Causa de l'ENS de Lyon, le 29 octobre, à 16h30, au théâtre Kantor

Description

Luigi Ambrosio est un mathématicien discret. Rien ne l’inspire plus qu’une tranquille balade à vélo dans son quartier. Ou bien de travailler à son bureau, son chien à ses pieds. Pourtant, ne vous y fiez pas, Luigi Ambrosio n’est pas un "père tranquille". Cet Italien, très fier de ses trois filles, est un bourreau de travail, un incontournable mathématicien dans son domaine de recherche : le calcul des variations ainsi que les équations à dérivées partielles ou EDP (voir encadré ci-contre).
Admis à la Scuola Normale di Pisa en 1981, il voulait y étudier les mathématiques car il pensait se destiner au métier d’ingénieur. Mais dans les couloirs de ce temple des maths, il a croisé celui qui allait changer sa vie et devenir son directeur de thèse : Ennio De Giorgi que Cédric Villani évoque dans son livre Le théorème vivant comme un «génie monastique»¹.
Luigi Ambrosio soutient sa thèse de Master en 1985. Il obtient son premier poste en 1988 à l’université de Tor Vergata (Rome II), sans avoir soutenu son doctorat. Il occupe divers postes en Italie avant d’être nommé en 1997 à l’École normale supérieure de Pise, où il a formé de nombreux mathématiciens. Ses 16 doctorants sont aujourd’hui professeurs dans de prestigieuses universités à travers le monde. Luigi Ambrosio a également enseigné au Max Planck Institute de Leipzig, au Massachusetts Institute of Technology (MIT), au Swiss Federal Institute of Technology de Zurich (ETHZ) et à l’Institut Henri Poincaré (Paris).
Les liens sont forts entre les deux ENS de Pise et de Lyon, surtout dans le domaine de l’enseignement et des recherches en mathématiques. Luigi Ambrosio rencontre des membres de l’UMPA, Albert Fathi, Etienne Ghys, Denis Serre, Cedric Villani lors de colloques et de séminaires, en France, en Italie, aux USA, en Allemagne. Les multiples échanges entre l’ENS de Pise et l’ENS de Lyon aboutissent à la mise en place d’écoles (comme celle du 24 au 28 mars 2014 à Pise), de rencontres (comme celle qui va se dérouler du 26 au 30 octobre 2015 à Lyon), ainsi qu’à une thèse en co-tutelle entre Luigi Ambrosio et Cédric Villani, tous deux directeurs de thèse d’Alessio Figalli.
Luigi Ambrosio a reçu de nombreuses récompenses dont le Prix Fermat en 2003. Depuis 2005, il est membre de l’Accademia Nazionale dei Lincei, la plus ancienne académie scientifique au monde puisqu’elle a été fondée par Galilée. En 2008, il a été conférencier plénier au congrès européen des mathématiciens, à Amsterdam.
De nombreux mathématiciens seront présents pour cette cérémonie au cours de laquelle Jean-François Pinton, président de notre École, remettra à Luigi Ambrosio les insignes et le diplôme de Docteur Honoris Causa de l’ENS de Lyon. Rendez-vous au théâtre Kantor, site Descartes, à 16h30, jeudi 29 octobre 2015.
¹ éditions Grasset 2012.

EDP : la définition de Cédric Villani

Les équations aux dérivées partielles (EDP) sont des relations entre les taux de variation de certaines quantités en fonction de différents paramètres. Il s'agit d'un des domaines les plus dynamiques et variés des sciences mathématiques, défiant toute tentative d'unification.
Les EDP se retrouvent dans tous les phénomènes de la physique des milieux continus et concernent tous les états de la matière : gaz, fluides, solides, plasmas ; ainsi que toutes les théories physiques : classique, relativistes, quantiques, etc. Mais les équations aux dérivées partielles se retrouvent aussi derrière de nombreux problèmes géométriques.
Théorème vivant, page 114
Mots clés