Accès direct au contenu

 

logo du site ENS

Logo du site Ens Lyon

Recherche
30 ans de l'ENS de Lyon

Accueil  >  ENS de Lyon > Recherche > Zoom sur...

Imprimer

Bertrand Mollereau nommé IUF senior

Biologiste au LBMC
Publié le : 11 mai 2017
Bertrand Mollereau, IUF 2017, ENS de Lyon, LBMC "Dés la deuxième année de licence de biologie, j’ai été fasciné par l’étude des mécanismes de mort cellulaire qui sont souvent dérégulés dans les pathologies comme les maladies neurodégénératives, le SIDA et le cancer" se souvient Bertrand Mollereau, 48 ans, professeur à l'ENS de Lyon, qui vient d'être nommé membre senior de l'Institut Universitaire de France (IUF).

Après une thèse centrée sur l’étude de la dérégulation de la mort cellulaire (apoptose) dans le système immunitaire chez l’homme (à Paris) Bertrand Mollereau traverse l'Atlantique pour son post-doc à Rockefeller University et New York University, et ensuite comme Assistant Professor à Rockefeller University. Il passe ainsi 10 ans aux Etats-Unis où il s'initie à la génétique et au développement de la Drosophile et s'intéresse à la mort cellulaire dans la rétine de la Drosophile. En septembre 2006, il revient en France, à l'ENS de Lyon, en tant que professeur avec un objectif précis : développer une équipe de recherche au sein du Laboratoire de biologie et de modélisation de la cellule (LBMC). But :  étudier les mécanismes de mort cellulaire en utilisant la Drosophile comme modèle. Et bien sûr enseigner : Bertrand Mollereau dirige le département de biologie de 2010 à 2013.

L'équipe "Apoptose et Neurogénétique" animée par Bertrand Mollereau comprend 8 personnes. Elle a été labélisée ATIP et Fondation pour la Recherche Médicale. "Nos approches ont pris une nouvelle dimension depuis 2009 avec la découverte de l’importance du stress du reticulum dans les pathologies rétiniennes et la maladie de Parkinson. Nos travaux ont également mis en évidence l’importance du métabolisme de lipides dans les pathologies rétiniennes. Enfin nous avons découvert l’importance de la régulation différentielle des isoformes de p53 dans l’apoptose, la proliferation, l'autophagie, la nécrose régulée, des processus essentiels dans la cancerogénèse".

Actuellement leurs recherches se concentrent :
  • sur les mécanismes qui entrainent la mort neuronale dans la maladie de Parkinson,
  • le rôle du métabolisme des lipides et l’interaction neurone/cellule gliale dans la survie des neurones
  • et l’étude de la régulation de la mort cellulaire par nécrose, un processus de mort cellulaire qui a été longtemps considéré à tort comme accidentelle.

Photo Joanne Burden©

Thématique :

Récompense(s), Portrait

Retour au haut de la page

Pôle Recherche
Etre membre IUF
Pour être membre IUF, il faut être enseignant-chercheur et avoir été sélectionné par un jury international pour la qualité exceptionnelle de ses recherches. Concrètement, cela permet de bénéficier d'une décharge à hauteur de deux tiers de ses charges d'enseignement, d'une prime et d'une dotation budgétaire.

On peut être membre junior ou senior. Il y a également des membres invités (universitaires étrangers). Les membres seniors sont nommés pour cinq ans, renouvelable une fois, les membres juniors pour cinq ans non renouvelable. L'Institut Universitaire de France (IUF) est constitué administrativement comme un service du Ministère chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.
Autre nomination
Bravo également à Emanuela Mattioli, directrice du laboratoire de géologie de Lyon (LGL-TPE), qui vient d'être nommée IUF Senior. Emanuela Mattioli est professeur à Lyon 1.
 
 
Mise à jour le 11 mai 2017
Ens de Lyon
15 parvis René Descartes - BP 7000 69342 Lyon Cedex 07 - FRANCE
Tél. : Site René Descartes (siège) : +33 (0) 4 37 37 60 00 / Site Jacques Monod : +33 (0) 4 72 72 80 00