Accès direct au contenu

 

logo du site ENS

Logo du site Ens Lyon

Recherche
30 ans de l'ENS de Lyon

Accueil  >  ENS de Lyon > Recherche > Zoom sur...

Imprimer

Carine Michel et la chimie verte

Les travaux de recherche d'une jeune chercheuse récompensée par le CNRS
Publié le : 24 février 2015
Carine-Michel_ext.jpg Une médaille de bronze du CNRS pour cette "encore" jeune chercheuse qui, en à peine plus de 10 ans, a fait une thèse, 27 publications et deux enfants. Quelle activité scientifique peut mériter en si peu de temps une récompense qui reconnait qu'un chercheur est devenu un spécialiste dans son domaine ?

Carine Michel est une chimiste théoricienne : elle explique la chimie et avance des prévisions sans, toutefois, produire elle-même de nouveaux matériaux ou de nouvelles molécules. Son principal outil de travail est l'ordinateur, qui lui permet de répondre à des questions telles que la meilleure forme que peut prendre une molécule, la façon la plus probable qu'elle a de se transformer, le meilleur réactif auquel elle peut être opposée... Ces questions, elle se les pose dans le cadre de la chimie verte.

Et c'est quoi au juste, une chimie verte ?

Les chimistes et leur industrie savent fabriquer à peu près tous les matériaux présents dans la nature, ils savent en inventer d'autres, ils savent aussi produire des nouvelles molécules pouvant servir de médicament mais, jusqu'à présent, le caractère écologique de la production ne s'était pas posé. Produire "vert" en chimie, c'est faire dans l'eau ce qu'on sait faire dans un solvant issu du pétrole, utiliser des procédés qui ne nécessitent pas de chauffer, parce que le chauffage se paye tôt ou tard en effet de serre, faire en trois étapes ce qui se faisait en dix, ou remplacer les produits toxiques par des produits aussi inoffensifs que possible tout en évitant de générer des sous-produits qu'il faut détruire. La plupart de ces objectifs peuvent être atteints par la maîtrise de catalyseurs, ces composés parfois très simples, qui permettent de réaliser la réaction souhaitée et d'empêcher celles qui sont indésirables. Les catalyseurs sont un peu comme les guides qui permettraient à des randonneurs novices de franchir de hautes montagnes par des chemins, certes tortueux, mais qui ne prennent pas d'altitude.

Les chimistes connaissent depuis le XVIIIe siècle un catalyseur pour produire de l'acide sulfurique, alors que peut-on trouver de nouveau en 2015 qui mérite une médaille de bronze ?
Carine Michel a commencé sa carrière en étudiant des catalyseurs capables d’activer des liaisons carbone-hydrogène très difficiles à rompre. Elle a ensuite étudié la façon de convertir des alcools issus de la biomasse grâce à la catalyse. Toutes sortes d'alcools sont présents dans la nature - pas seulement celui qui a bon goût - sans qu'on sache bien les valoriser. Les transformer spécifiquement en aldéhyde ou en cétone permettrait d'économiser autant de pétrole qui, lui, n'est pas renouvelable. Les catalyseurs utilisés en pétrochimie ne sont pas toujours opérationnels pour effectuer ces transformations, il faut donc mieux comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas pour développer de nouveaux catalyseurs efficaces capables de transformer des molécules issues des déchets végétaux en molécules intéressantes. En alliant ses études théoriques aux travaux expérimentaux de ses collaborateurs, Carine Michel a pu expliquer pourquoi certains catalyseurs sont efficaces pour la valorisation de la biomasse alors qu’ils étaient réputés ne pas fonctionner en pétrochimie.

Les travaux de Carine Michel, chercheuse CNRS du laboratoire de chimie de l'ENS de Lyon, sont conduits en collaborations fréquentes avec de nombreux partenaires. On citera bien sur l’IRCE Lyon, sur le Campus de la Doua mais également le CRIC de l’Université d’Ottawa et l’E2P2L à Shanghai ou des partenaires industriels comme Solvay. Son réseau s’étend avec de nouvelles collaborations avec Zurich et San Diego grâce au soutien de l’ANR. Elle encadre de nombreux jeunes chercheurs qu'elle forme en dirigeant leur thèse. Une intense activité de recherche justement récompensée, menée de concert avec sa vie de famille.

Article rédigé par Jean-François Le Maréchal, MCF, responsable Communication du laboratoire de chimie de l'ENS de Lyon

Thématique :

Alumni, Chimie, Récompense(s)

Retour au haut de la page

Pôle Recherche
 
 
Mise à jour le 23 juillet 2015
Ens de Lyon
15 parvis René Descartes - BP 7000 69342 Lyon Cedex 07 - FRANCE
Tél. : Site René Descartes (siège) : +33 (0) 4 37 37 60 00 / Site Jacques Monod : +33 (0) 4 72 72 80 00