Actualité

La mécanique du sexe chez les plantes à fleurs

La mécanique du sexe chez les plantes à fleurs

Comment les gamètes mâles qui sont renfermés dans les grains de pollen arrivent-ils à bon port pour fusionner avec les gamètes femelles contenus dans le pistil et assurer ainsi la fécondation chez les plantes à fleurs ? Lors du tout premier contact qui s’établit entre pollen et pistil, le pollen émet un tube qui assure le transfert des gamètes mâles vers les gamètes femelles. En combinant des approches d’imagerie du vivant, de microscopie de force atomique, de génétique et des analyses chimiques, un article publié dans la revue eLife décrit le rôle joué par une enzyme, la KATANINE, dans l’orientation des tubes polliniques en contrôlant les propriétés mécaniques du pistil... article apparu sur le site du CNRS.

Pour plus d’informations voir l’article original : http://www.ens-lyon.fr/RDP/spip.php?breve681


La ville-forêt.

La ville-forêt.

Imaginez une ville réconciliée avec le monde végétal, accueillante pour le vivant et s’inspirant du modèle de la forêt …

Une exposition coproduite par l’Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise et la Métropole de Lyon, scénographiée et présentée par le CAUE Rhône Métropole entre 15 septembre et 18 décembre 2020.

L’événement s’ouvrira à la rentrée le 14 septembre 2020 à 18h avec une inauguration poétique autour de l’exposition et des installations artistiques au CAUE Rhône Métropole.

Pour beaucoup plus d’informations visitez la page suivante :
http://www.caue69.fr/modules/smartsection/item.php?itemid=452


Plant scientists can't ignore Jevons paradox anymore

Plant scientists can’t ignore Jevons paradox anymore

"As concerned scientists, we often take the flag of the environmental crisis in the media to advocate for action. This should also translate in our scientific practice. Beyond laboratory and conference logistics, the environmental crisis should prompt us to critically assess the societal justification of our scientific questions." Olivier Hamant in the introduction of his comment article in Nature Plants.

Due to the "rebound effect" an increase in yield often has questionable values. We need to shift from performance at all cost to resilience.


Methods for plants but not only !

Methods for plants but not only !

Methods developed in the MOSAIC team of our laboratory are used to track and analyse developing living tissue in the animal kingdom also.

The New York Times relates about the new finding published in Science in the context of ascidians : namely that cell-cell contacts specify cell fate.


L'agriculture et la société européenne à l'heure du défi énergie-climat

L’agriculture et la société européenne à l’heure du défi énergie-climat

Notre société s’est construite sur un système agroalimentaire efficace, libérant la majorité de la population du besoin de produire sa nourriture. Cela a été possible grâce à la stabilisation du climat il y a 10000 ans et à l’utilisation d’énergies fossiles depuis le 19ème Siècle. Notre futur dépend de notre prise de conscience que ces deux « bienfaits » ne sont pas éternels.

Article dans Mediapart par Olivier Hamant.


La Recherche : « Perdre nos plantes aurait des conséquences graves »

La Recherche : « Perdre nos plantes aurait des conséquences graves »

L’école nationale supérieure (ENS) de Lyon n’a pas échappé au nouveau coronavirus. Au 16 mars 2020, toutes les portes étaient closes. Mais dans le laboratoire de reproduction et développement des plantes (RDP), la vie continue. Directeur d’une équipe au RDP, Yvon Jaillais, a dû répondre à l’urgence de la mise en confinement pour protéger autant ses équipes que ses végétaux.

Veuillez consulter l’article apparue dans la revue La Recherche le vendredi 3 avril 2020.


The journal Quantitative Plant Biology is lounched

The journal Quantitative Plant Biology is lounched

A new open access journal from Cambridge University Press will provide an interdisciplinary forum for high quality research on ground-breaking discoveries and predictions in plant science. It will provide a dedicated home for research that applies techniques such as data mining and analysis, mathematical modelling and machine-learning to plant biology.

The journal will welcome research from across the spectrum of fundamental, applied and societal plant research ; across all biological scales, from molecular through cellular and organismal to populations ; and be based on data from laboratories, fieldwork and citizen science.

The Press’s STM Publishing Director, Caroline Black, said : “The discipline of quantitative plant biology has grown substantially in the past 10 years. With recent developments in quantitative live imaging, biophysics, bioinformatics, and computational science, plants are increasingly viewed as integrated, dynamic and multiscale systems.

Quantitative Plant Biology’s Editor-in Chief is Dr Olivier Hamant, Research Director of the Plant Reproduction and Development Laboratory at ENS-Lyon. He said : “The way science operates is likely to change quite dramatically in the coming decades, with more and more data coming from the field, even collected by non-scientists.

“We will need new ways to deal with such massive and diverse data, and this will question the way we do science in the labs. Quantitative Plant Biology should set the stage for this upcoming scientific revolution.

“There is already a growing community in plant science that puts a lot of effort into quantitative plant science and Quantitative Plant Biology is in line with this momentum. It will set a new standard for the plant community, and provide solid ground for interdisciplinary dialogue, setting the pace of plant biology in the 21st century.”

Alongside traditional research articles, the journal will also publish two new sections in line with its focus on quantitative research.

‘Theories’ will be speculative and thought provoking articles that use meta-analysis of publically available data to find overarching trends and question existing beliefs. There will also be citizen science articles, drawing on large datasets from non-scientists and co-written with scientists in a way that is easily understood by a lay audience.

Professor Dale Sanders, FRS, director of the John Innes Centre said : “We are delighted to be promoting quantitative, reproducible, open plant science through this partnership. Plant biology is becoming increasingly data-rich, building the foundation for predictive, mechanistic understanding across scales, from the molecular level to the field. We hope that Quantitative Plant Biology will act as a focal point for this growing community to exchange their latest breakthroughs, ideas, hypotheses, data and code and play a key role in helping drive the field forward.”

Source :
https://www.cambridge.org/gb/about-us/news/what-big-data-can-tell-us-about-plants/


Plantes et Anthropocène : un agenda politique

Plantes et Anthropocène : un agenda politique

Deux chercheurs du laboratoire RDP, ainsi qu’un collaborateur de Kew gardens, mettent la recherche en génétique végétale face aux enjeux politiques et à la crise socio-environnementale, dans une "featured review" pour Trends in Plant Science.

Afin d’élaborer des politiques et des pratiques de gestion judicieuses s’inscrivant dans une dynamique de soutenabilité forte, les idées et les questions suivantes sont mises en avant :

  • Notre civilisation dépend de la triade sol-eau-biomasse ; elle dépend donc en fin de compte des plantes ;
  • Parmi l’ensemble du règne végétal, une vue rétrospective de l’évolution du vivant met en évidence les attributs uniques des plantes à fleurs dans l’émergence et la stabilité de civilisations sophistiqués ;
  • L’appropriation excessive de la biomasse par les humains, indique une méconnaissance des besoins des écosystèmes en matière de sol et d’eau pour leur régénération. Dans l’Anthropocène, la biomasse, une ressource par nature renouvelable, devient une ressource limitante et épuisable ;
  • Cette méconnaissance est omniprésente et fait des plantes à fleurs le grand oublié des agendas politiques et scientifiques, alors même que le compas économique est mis sur la bio-économie circulaire ;
  • Après des décennies au service de la seule performance à court terme, l’agriculture, les sciences, et les technologies devraient se tourner vers des questions et des solutions pour la résilience à long terme.

Source :
- Flowering Plants in the Anthropocene : A Political Agenda. Ioan Negrutiu, Michael W. Frohlich, Olivier Hamant. Feature Review, Trends in Plant Science, 2020
- http://www.ens-lyon.fr/actualite/recherche/plantes-et-anthropocene-un-agenda-politique?ctx=contexte


Anthropocène à l'Ecole Urbaine de Lyon du 27 janvier au 2 février

Anthropocène à l’Ecole Urbaine de Lyon du 27 janvier au 2 février

L’atelier biomimétisme pendant la semaine A l’école de l’Anthropocène, organisé par l’Ecole Urbaine de Lyon du 27 janvier au 2 février, pourrait peut-être intéressé au sein du RDP.

De nombreux ateliers et séminaires organisés cette année le sont par des personnes qui ont découvert la semaine anthropocène lors de la 1ère édition, en 2019. Celle-ci se veut un moment de recherche en train de se faire de la communauté universitaire sur les enjeux urbains contemporains, ouvert à l’ensemble des publics et permettant de créer de nouvelles convergences.

Tous les infos sur https://ecoleanthropocene.universite-lyon.fr


Alexis Lacrois, Palmes académiques 2020

Alexis Lacrois, Palmes académiques 2020

Alexis Lacroix, responsable des installations expérimentales au laboratoire Reproduction et développement des plantes, a reçu les palmes académiques le 14 janvier 2020.

Félicitations !