Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Diriger ENS Éditions après le confinement

visio
Actualité

Résumé

Interview Isabelle Boutoux, responsable d'ENS Éditions.

Description

"Un moment important à titre individuel et pour le collectif" c’est avec ces mots qu’Isabelle Boutoux, responsable du service ENS Éditions, décrit la mise en place du confinement dans son service.

Quand elle repense à cette période, l’impression que tout est allé très vite prédomine.

La mise en place du confinement pour ENS Éditions

Isabelle Boutoux a laissé la première semaine à son équipe pour s’organiser. Il fallait le temps de prendre la mesure de cette situation exceptionnelle, respecter les contraintes des uns et des autres, avant de mettre en place une organisation. Elle a profité de ces premiers jours pour faire un point sur les situations personnelles au sein du service. Elle souligne que toute l’équipe a eu à cœur de poursuivre les tâches et les missions aussi bien que possible, et cela vaut également pour les collaboratrices avec des enfants qui ont travaillé bien plus qu’elles ne le pensaient elles-mêmes au départ. Le service a réussi ainsi à assurer la continuité des activités tout en s’adaptant aux différents contextes et contraintes individuelles.

Comment garde-t-on la cohésion d’une équipe ? comment maintient-on la communication en son sein, comment faire pour que personne ne se sente isolé ?

Isabelle Boutoux a tout de suite été consciente que pour maintenir le lien et la communication dans cette situation inédite, il allait falloir improviser, et mettre en place des outils différents. Elle a décidé d’utiliser Slack (une plateforme de discussion professionnelle). Cet outil a permis à l’équipe d’interagir de manière fluide mais également de créer des sous-groupes selon les fonctions, les projets, etc. ce qui a facilité les échanges. Faire un livre ou une revue relève d’une chaîne (idéalement bien huilée) faite d’une multitude d’étapes, et impliquant plusieurs acteurs et fonctions, et à ce titre le travail collectif est plus que jamais essentiel.

L’objectif était double : désengorger la messagerie et créer des échanges plus informels

La question des échanges informels était très intéressante de son point de vue. "En présentiel les échanges ont lieu naturellement : on se 'croise forcément' dans la journée, on passe d’un bureau à un autre, on partage un café, etc. et ces moments suscitent l’émulation, et une dynamique de groupe. Pendant, le confinement, il a donc fallu formaliser davantage ces moments, jLes questions liées au travail à distance, et demain ? usque-là informels et spontanés. Le confinement rend cette partie du travail plus visible. Il faut la penser et l’organiser alors qu’habituellement, elle s’inscrit naturellement et implicitement dans un ensemble d’activités."

L’utilisation de la visio-conférence s’est installée de manière plus tardive dans le service. "Tout le monde peut ne pas être à l’aise avec cet outil qu’il faut s’approprier, et qui parfois peut être vécu comme une intrusion dans l’espace intime. En réalité, les personnes étaient plutôt heureuses de se voir par écrans interposés. Comme dans tous les services, il a fallu apprendre à se servir de cet outil et nous avons eu quelques déboires. Lors d’une réunion, une collègue est intervenue tout le long de la réunion en se demandant pourquoi on ne lui répondait jamais et pourquoi on lui coupait si souvent la parole. Les autres s’étonnant qu’elle ne la prenne pas. Son micro était coupé. Nous avons ri tous ensemble de cet épisode."

Les projets et activités d’ENS Éditions

Bien sûr, les différentes activités d’ENS Éditions n’ont pas été impactées de la même manière par le confinement, mais globalement, toutes les tâches ont pu être poursuivies grâce à une adaptation au nouveau contexte.

Si les éditrices ont pu facilement continuer les activités de relecture et de préparation des textes à la maison, l’activité commerciale a été, quant à elle, interrompue en partie. Au-delà de la fermeture des librairies, il a fallu suspendre les livraisons d’ouvrages, annuler les rencontres avec les auteurs, et plus largement les opérations de communication. Heureusement, une grande partie du travail de diffusion et de promotion se fait aussi aujourd’hui par voie électronique. Beaucoup d’ouvrages sortiront plutôt en septembre et à l’automne. Et pour la première fois, les versions électroniques des ouvrages et des revues ont été mise en ligne avant la sortie papier.

Opération OpenEdition Books : ENS Éditions se réjouit d’avoir participé à ce dispositif exceptionnel. Rendre accessible gratuitement les contenus était très important dans ce contexte d’urgence sanitaire.

Le catalogue d'ENS Éditions en accès ouvert pérenne sur OpenEdition Books

Le catalogue ENS Éditions diffusé sur la plateforme OpenEdition Books bascule désormais en accès ouvert au format HTML. Les ouvrages sont téléchargeables aux formats PDF et ePub uniquement pour les utilisateurs des institutions qui en ont fait l'acquisition, ainsi que pour les particuliers qui peuvent les acheter en ligne via les librairies électroniques. (En savoir + )

 

Le projet de refonte d’identité visuelle a pu être poursuivi pendant le confinement même si les impressions à domicile n’étaient pas toujours très aisées. Les écrans dans ce cas précis sont loin d’être suffisants et ne peuvent se substituer complètement aux sorties papier. Comme l’indique Isabelle "Il s’agit de notre identité future et il est important de pouvoir échanger ensemble. Et c’est plus efficace de discuter des propositions autour d’une table que par écran interposé".

Et du côté des auteurs ?

L’expérience du confinement a été vécue de manière très différente selon les uns et les autres. Certains ont profité de cette période pour se consacrer à l’écriture. Pour d’autres, le climat anxiogène ou inédit, les contraintes familiales, la maladie parfois, ont empêché de se consacrer à la reprise d’un manuscrit en cours. Dans cette période, ENS Éditions a reçu globalement plus de manuscrits et de projets que d’ordinaire.

Les questions liées au travail à distance, et demain ?

Comme pour la mise en place du confinement, il a fallu respecter le rythme de chacun. Les personnes qui assurent la diffusion, dont l’activité a été plus impactée, ont été les premières à revenir sur le site. La réception des livres stockés chez l’imprimeur, était une priorité.

"Tout le monde est revenu assez vite, c’était important de retrouver le dynamisme de l’équipe, l’énergie collective. Les collègues étaient heureux de se revoir.

Nous avons également beaucoup évoqué la question du travail à distance. Certains collègues ont trouvé cela bénéfique. Il y a eu des aspects positifs : aménager son temps de travail plus facilement par rapport à des contraintes familiales, consacrer du temps à des projets sans être interrompu, ne pas avoir de trajets à faire et en conséquence avoir plus de temps pour soi.

Les ressentis sont évidemment divers et personnels. Une collègue a confié avoir pris davantage confiance en elle pendant cette période, vécue exceptionnellement plus à distance du regard des autres. Pour une autre, ce fut très bizarre au début de laisser entrer 'le travail à la maison'. Pour tous, des questions de cloisonnement et décloisonnement entre vie privée et professionnelle se sont posées.

Pour la plupart des collègues, une réflexion est en cours. L’expérience du confinement a modifié pour beaucoup le rapport au travail, et les façons de travailler. La plupart aspire désormais à un vrai changement et souhaite concilier travail en présentiel et télétravail. Cela peut être une opportunité pour repenser la manière dont on travaille ensemble, et, de manière générale, l’organisation de l’activité. Tout l’enjeu sera d’apprendre à articuler aspirations personnelles avec les objectifs et les besoins du service et plus largement ceux de l’École. La question n’est pas simple, et impliquer les uns et les autres semble important pour inventer de nouvelles habitudes et apprendre à travailler ensemble, même à distance."

Le collectif un mot qui revient sans cesse. En présentiel ou à distance, il est un enjeu permanent pour la responsable d’ENS Éditions.

Structures
Collection
Mots clés