Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Bibliothèque Diderot de Lyon : entretien avec son directeur, Clément Pieyre

Visuel façade bibliothèque
Interview

Résumé

Clément Pieyre est arrivé à la direction de la Bibliothèque Diderot de Lyon à la rentrée 2020, soit 20 ans après l’ouverture de la bibliothèque.

Description

Sa première année de prise de poste n’a pas été de tout repos, la persistance du contexte pandémique obligeant les services à s’adapter durablement. Sa feuille de route était la suivante : comment offrir des services aux lecteurs et poursuivre leur accueil dans un contexte dégradé tout en préparant l’extension des horaires pour la rentrée 2021? Un an plus tard, Clément Pieyre salue l’implication de tous les personnels de la bibliothèque par un cri du cœur : « On l’a fait ! ».  Au-delà de ce retour sur cette année exceptionnelle, Clément Pieyre revient sur les 20 ans de la BDL et les projets à venir. 

Entre Nous : La BDL est restée ouverte pendant tout le confinement 2020-21, à part les tous premiers jours en novembre. Comment avez-vous réussi à maintenir la BDL ouverte ? 

Clément Pieyre : C’était une gageure, mais il faut bien considérer que, dans nos missions de soutien à la formation et à la recherche, l’accueil des publics est la raison d’être des bibliothèques. Il fallait sortir d’une gestion de crise pour conjuguer durablement l’exercice plein et entier de nos missions et la prise en compte des contraintes sanitaires. Nous l’avons fait en enrichissant les services proposés aux lecteurs : retrait en drive, développement des ressources électroniques, dont nous avons pu constater qu’elles ont été massivement consultées pendant les confinements et déconfinements successifs. Que la BDL soit restée ouverte est une véritable fierté pour tous les personnels de la Bibliothèque et je les remercie de leur engagement. 

Pendant cette même période, vous avez mis en œuvre le projet d’extension des horaires. En quoi consiste-t-il ? 

Le plan national Bibliothèques ouvertes + consacre l’augmentation de l'amplitude des horaires d'ouverture comme enjeu de la réussite étudiante. Nos échanges au sein d’un groupe de travail paritaire et intercatégoriel ont permis d’aboutir à une augmentation très significative de nos horaires d’ouverture hebdomadaire à Descartes : de 58 à 80 heures / semaine, soit 2 heures de plus chaque jour de semaine (de 9h à 21h) et une ouverture le samedi et le dimanche de 10h à 20h. Le dispositif est en place depuis le 27 septembre dernier. 
J’ajoute que ces horaires élargis nous ont également permis de recruter une trentaine de moniteurs étudiants sur le site de l’Ecole ou de nos établissements partenaires. 

La BDL, comme l’ENS de Lyon, est présente depuis 2000 sur le site lyonnais. Elle a d’ailleurs organisé une rétrospective en images, visible jusqu’au 22 décembre, dans la salle la Parenthèse. Quel rôle joue la bibliothèque sur le site de l’ENS de Lyon et sur le site lyonnais depuis son arrivée ? 

Je rappelle que la construction d’une bibliothèque d’études et de recherche était une condition de l’implantation de l’ENS LSH à Lyon. Aujourd’hui, nous pouvons mesurer le chemin parcouru depuis 2000. La BDL est le fruit de fusions d’établissements, de collections et de cultures différentes, donnant lieu à des réorganisations successives. Nous avons une double vocation : celle d’être la bibliothèque de l’ENS de Lyon et d’être aussi un service inter-universitaire pour les Lettres et sciences humaines et sociales. Ces années de construction nous ont permis d’acquérir une visibilité et une réputation qui dépassent le site lyonnais. Nos collections exceptionnelles et nos savoir-faire sont reconnus au plan national et international. Il faut vraiment découvrir nos fonds patrimoniaux comme les fonds slaves ou le fonds Education. Notre attractivité nous a permis récemment de recevoir en don 6000 volumes du fonds historique de l’éditeur de manuels scolaires Belin. 

Quels sont les grands dossiers à l’ordre du jour pour la BDL ? 

Ils sont de plusieurs ordres et vont permettre, je l’espère, d’affirmer l’identité de la BDL encore plus fortement qu’aujourd’hui. 
1er dossier : en lien avec la Direction du Patrimoine la réhabilitation et le réaménagement de nos locaux, par ailleurs exceptionnels. Sur le site Descartes, la réfection du toit de la bibliothèque a commencé. Nous devrions annoncer prochainement la réouverture de la BDL sur le site Monod. 
2e dossier : Dans le cadre du projet stratégique de l’ENS de Lyon et notamment des actions de soutien à la recherche, développer des projets autour de la « Science ouverte », en lien avec nos partenaires au sein de l’ENS de Lyon.  La BDL prendra sa part à l’élaboration d’une feuille de route « Science ouverte » pour l’établissement. Elle est d’ores et déjà très engagée dans les projets d’alignement d’identifiants de chercheurs entre les référentiels existants et d’évaluation du coût des APC (Article Processing Charges).
3e dossier : l’évaluation par le Collège bibliothèques documentation livre et lecture publique (BD2L), de l’IGESR. Cette inspection va nous permettre de repenser la place de la BDL sur le site lyonnais et son rayonnement en lien avec les projets nationaux en cours en matière d’IST dans l’enseignement supérieur.

Vous venez d’être élu au Conseil d’administration de l’ABDU (Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation), qu’est-ce que cela représente ? 

J’en serai le secrétaire général à compter du 1er janvier 2022 pour un mandat de trois ans. Les axes de travail du nouveau conseil d’administration sont nombreux. Les bibliothèques universitaires revêtent un caractère stratégique pour les universités et les établissements d’enseignement supérieur, que la crise sanitaire a renforcé. Nous nous efforcerons de jouer pleinement notre rôle dans l’ouverture de la science, d’accompagner l’évolution et l’enrichissement de nos métiers, de placer les bibliothèques universitaires dans la discussion publique. 

Mots clés