Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Michel Côté, directeur du musée de la Civilisation à Québec

Michel Cote
Portrait

Résumé

Docteur Honoris Causa de l'ENS de Lyon - 30 novembre 2015

Description
Biographie


Proposé par l’École normale supérieure de Lyon pour le titre de docteur honoris causa dans le cadre des entretiens Jacques Cartier. 
De formation universitaire en lettres, pédagogie et gestion, Michel Côté travaille depuis de nombreuses années dans le domaine de la culture. Son parcours l'a conduit à être directeur des programmes, au ministère de la culture du Québec, directeur des expositions au Musée de la civilisation à Québec, directeur du Muséum de Lyon et chef de projet du Musée des Confluences.

Pendant plus de dix ans à la direction du Museum d’Histoire naturelle de Lyon, il en a redéfini le projet culturel et scientifique, développé et précisé le concept pour lancer le projet
du Musée des Confluences, musée thématique et pluridisciplinaire de sciences et de sociétés. Alors qu’il mène d’une main de maître cet audacieux projet de plus de 200 millions d’euros, il réalise des dizaines d’expositions, d’activités culturelles et de publications tout en demeurant inconditionnellement sensible à la diffusion de sa culture d’origine en sol français en multipliant les actions auxquelles participaient chercheurs et créateurs québécois.

De retour au Québec en 2010, à la direction générale du Musée de la Civilisation, Michel Côté a actualisé le projet culturel de l’institution où la programmation d’expositions actuelle et future illustre son souci de diversifier les modes de fréquentation du Musée, de faire prendre conscience de l’importance de sa propre culture, des patrimoines menacés et méconnus. 

On lui doit les expositions Rome. De ses origines à la capitale d’Italie,Samouraï. Chefsd’œuvre de la collection Ann et Gabriel Barbier-Mueller, Arts du Nigéria dans les collections privées françaises, E TŪAke –Māori debout. Actuellement, il prépare, avec plusieurs prestigieux musées de Paris, une grande exposition sur la Ville lumière pour juin 2013 

Michel Côté été membre de l'exécutif du Conseil international des Musées, président d'ICOM Canada et de la Société des Musées québécois. Il a mis sur pied de nombreux projets internationaux de diffusion du savoir. Il a reçu en 2012 les insignes d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française, en raison de son engagement exemplaire dans le renforcement des relations culturelles entre le Québec et la France. 

Fortement impliqué dans la communauté muséale, Michel Côté a été président de la Société des musées québécois, président d’ICOM Canada et il a siégé au Conseil international des musées à Paris ainsi que sur différents conseils d’administration. C’est un membre actif au sein de différents comités scientifiques (Musée de l’Europe et de la Méditerranée, Cité internationale de l’Immigration) et il est souvent appelé, sur la scène internationale, à titre d’expert en muséologie.

 

Remise des insignes de Doctorat Honoris Causa 

Au cours de la soirée de lancement des entretiens Jacques Cartier, le 30 novembre 2015, Jean-François Pinton, président de l’ENS de Lyon a remis un doctorat Honoris Causa à Michel Côté. Ce Québécois, littéraire de formation, actif dans l’administration des universités et des musées, est le concepteur du projet de l'actuel musée des Confluences. Directeur de 1999 à 2010, il a travaillé d’arrache-pied à faire sortir de terre le nouveau musée, avant de rejoindre le musée de la Civilisation à Québec. Fervent défenseur de l’interdisciplinarité, inspiré par le philosophe Edgar Morin qu’il cite volontiers, il a conçu un musée qui lève les barrières entre les disciplines : sciences de la terre, sciences de la vie, sciences humaines mais aussi sciences et techniques. La recherche et la formation sont l’essence du musée, un lieu dont le rôle est d’expliquer, de faire sentir, de percevoir et de transmettre en donnant des repères aux visiteurs.


Il a redit lors d’un échange avec l’actuelle directrice Hélène Lafont-Couturier et l’ancien président de l’ENS de Lyon Jacques Samarut, son attachement à la nécessité de « faire appel aux sciences pour décoder le monde ». Le musée se doit d’être « une interface entre le monde et la recherche ». Le monde universitaire a été intégré dès le début du projet, notamment au sein des comités scientifiques qui ont travaillé sur les parcours d’exposition permanente. Ainsi, Pierre Thomas, figure du laboratoire de Géologie de Lyon a-t-il été associé à un astrophysicien, un historien des religions et une philosophe dans le comité de l’exposition Origines, les récits du monde. Enfin, il a souhaité faire de ce musée « une véritable destination », un centre culturel qui offre des portes d'entrée à tous les publics. Au musée des Confluences, il y a certes des collections et des expositions mais aussi des séances de cinéma, des spectacles de musique du monde, des conférences en vidéotransmission depuis le pôle nord, des ateliers d’exploration pour les enfants et les familles...
 

Voir l'hommage de Jean-François Pinton à Michel Côté


Un vrai partenariat

Pour concrétiser cet attachement fort à la recherche et au monde universitaire, l’ENS de Lyon est depuis le 1er janvier 2014 membre fondateur de l’EPCC musée des Confluences, aux côtés des collectivités territoriales qui le financent. A ce titre, le Président Jean-François Pinton est vice-président du conseil d’administration et l’école est un partenaire privilégié pour l’élaboration du projet scientifique et culturel du musée.
Les échanges entre les deux institutions vont s’intensifier progressivement, mais déjà certains projets sont en route comme le laboratoire junior Démesures qui travaille sur une mallette pédagogique pour le musée ou la numérisation par le portail Persée des revues publiées par le Museum d’histoire naturelle de 1873 à 2012.

 

 

 

Collection
Mots clés