Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Prix Jeune chercheur de la Ville de Lyon : deux lauréats ENS Lyon

Prix jenune cherche ville de Lyon ENS Lyon Olivier Clément Clémentine Hugol-Gential ICAR
Prix et distinction
Collection

Description
De gauche à droite : Benjamin Pelloux, Olivier Clément, le sénateur-maire Gérard Collomb, Clémentine Hugol-Gential et Leyla Pehlivan. Photo DR
L'une est doctorante dans un laboratoire de l'ENS de Lyon, ICAR; l'autre est un ancien étudiant de l'Ecole. Clémentine Hugol-Gential et Olivier Clément viennent de se voir décerner chacun l'un des 4 Prix Jeune chercheur de la ville de Lyon.

Dans la catégorie "Humanités et Sciences de la société" :

clementine-hugol-gential-100px_1382440711006-jpgClémentine Hugol-Gential, 28 ans, a obtenu son doctorat de sciences du langage en 2012 à l’école doctorale 3LA (Laboratoire ICAR, UMR CNRS 5191), dans le cadre d’une thèse en CIFFRE avec l’Institut Paul Bocuse et les groupes ACCOR et Sofitel. Ses travaux portent sur : « le service au restaurant : analyse linguistique et multimodale des interactions entre personnel de service et clients ».
Actuellement chargée de recherche au centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, où Clémentine Hugol-Gential poursuit son travail sur l’interaction entre soignants et patients lors de service de repas à l’hôpital. Ses recherches ont établi un pont concret entre la recherche en linguistique et les pratiques professionnelles, notamment dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration.

Dans la catégorie "Sciences de la Vie, Santé" :

olivier-clement-100x125px_1382440736669-jpgOlivier Clément, 30 ans, a obtenu son doctorat en neurosciences en 2011 au Centre de recherche en neurosciences de l’Université Lyon 1, pour ses recherches sur le sommeil paradoxal. Actuellement en post-doctorat dans l’équipe « Sommeil et mémoire » il étudie le rôle du sommeil paradoxal dans la physiopathologie de la dépression.
Ses travaux ont permis de mieux comprendre les mécanismes neuronaux du sommeil paradoxal (absence de tonus musculaire et activité cérébrale intense), et ouvrent un champ très vaste de recherche sur la dépression génétique ou environnementale, afin de dégager de nouveaux axes thérapeutiques.

Aller plus loin


Sur le site de LyonCampus
Visionner le diaporama de la cérémonie
Mots clés