Agenda de l'ENS de Lyon

Etude de la modulation de la voie canonique d'activation de NF-kB par les protéines non structurales du virus Nipah

Date
mer 20 déc 2017
Horaires

14h00

Intervenant(s)

Soutenance de thèse de M. François ENCHERY du Centre International de Recherche en Infectiologie (CIRI) sous la direction de Mme Branka HORVAT

Langue(s) des interventions

Description générale

Le virus Nipah (NiV) est un paramyxovirus zoonotique du genre Henipavirus, qui a émergé en 1998. Chez l'homme, il cause des troubles respiratoires et des encéphalites avec une forte létalité. A l’inverse, les chauves-souris de la famille des Pteropodidae, hôtes naturels de NiV, sont asymptomatiques. Les mécanismes permettant aux Pteropodidae de contrôler l’infection sont inconnus à ce jour. NiV produit des protéines non structurales, V, W et C, qui inhibent les voies de l’interféron de type I.

La protéine W inhibe la production de chimiokines in vitro et module la réponse inflammatoire in vivo. Cependant, le mécanisme d’action de la protéine W reste inconnu. La voie NF-κB étant le principal régulateur de la réponse inflammatoire, nous avons émis l’hypothèse que W pourrait moduler la voie NF-κB. Nous avons démontré que la protéine W inhibe l'activation de la voie canonique de NF-κB induite par TNFα et IL-1β, effet pour lequel sa région C-terminale spécifique est nécessaire. Nous avons également identifié quels signaux d’import et d’export nucléaires de W sont nécessaires pour son effet inhibiteur et ainsi mis en évidence l’importance du trafic nucléo-cytoplasmique de W pour l’inhibition de NF-κB. L’étude des interactions de W avec les protéines cellulaires nous a permis d’identifier un partenaire prometteur connu pour son rôle dans le rétrocontrôle négatif de NF-κB. Enfin, le rôle de W dans l'inhibition de la voie NF-κB a été démontré pendant l'infection par NiV.

Les résultats obtenus ouvrent la voie à la compréhension du mécanisme par lequel W module la réponse inflammatoire. Finalement, afin de mieux comprendre le contrôle de l’infection de NiV par son hôte naturel, nous avons généré et caractérisé les premières lignées cellulaires primaires et immortalisées de chauve-souris Pteropus giganteus. Ces cellules devraient permettre de mieux comprendre les mécanismes par lesquels ces chauves-souris contrôlent l’infection virale.

Payant ?
Entrée libre
Mots clés
Disciplines