Actualité de l'ENS de Lyon

Dany Laferrière, Docteur Honoris Causa

Image absente
Actualité
Résumé
Description
Les 23es Entretiens Jacques Cartier furent l'occasion pour des établissement d'enseignement supérieur lyonnais de remettre les insignes de Docteur Honoris Causa à des personnalités québecoises. C'est ainsi qu'Olivier Faron, Directeur Général de l'ENS de Lyon, a, au cours d'une cérémonie émouvante qui s'est déroulée à CPE Lyon le 21 novembre 2010, remis le diplôme de Docteur Honris Causa à l'écrivain haïtien-québecois Dany Laferrière. Né en 1953, Dany Laferrière a 23 ans lorsqu'il fuit Port-au-Prince. Il  s'installe au Québec où il occupe divers emplois en usine avant de commencer à écrire. Son premier roman, Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer,  paraît en 1985. Le succès est immédiat. Dany Laferrière devient alors l'un des principaux représentants d'une nouvelle  génération d'écrivains, d'abord dans le paysage littéraire québécois, mais également haïtien, américain et francophone. Parallèlement à ses activités littéraires - il a publié une quinzaine de romans - Dany Laferrière mène une carrière de journaliste et de chroniqueur, tout en faisant quelques apparitions à la télévision et au cinéma. Il a également scénarisé quelques longs-métrages, le plus souvent des adaptations cinématographiques de ses romans. Il partage sa vie entre Haïti, Montréal, New-York et Miami et se considère avant tout comme un citoyen de l'Amérique. En lui décernant un doctorat honoris causa l'École normale supérieure de Lyon est fière d'honorer en la personne de Dany Laferrière non seulement un auteur témoin de son temps, mais un écrivain engagé. S'il se présente lui-même comme « un écrivain primitif» il est avant tout un auteur humain dont les écrits vous prennent aux tripes ou vous font rêver, sourire ou pleurer. Il est traduit dans une douzaine de langues. Dany Laferrière s'est dit très ému de recevoir un Doctorat Honoris Causa, lui qui n'a pas pu faire des études aussi longues qu'il le souhaitait : « Heureusement il y a les bibliothèques municipales et les grands classiques ne coûtent pas cher » a t-il souligné avec le sourire. « Le dictateur m'avait jeté à la porte de mon pays. Pour y retourner, je passe par la fenêtre du roman » ... ces quelques mots de Dany Laferrière, extraits de son livre L'énigme du retour résument son parcours humain, politique et littéraire. Ce roman lui a valu le Grand Prix du livre de Montréal 2009 et le Prix Médicis 2009. –   « J'écris comme je vis » était le thème de sa conférence.  Dans ses livres Dany Laferrière n'hésite pas à faire des apartés pour dire qu'il est dans son bain, qu'il écoute tel morceau de jazz ou qu'une mangue vient de tomber par terre juste à côté de lui. Mais le 12 janvier 2010 Dany Laferrière était à Port-au-Prince pour le festival « Étonnants voyageurs » et il a vécu le tremblement de terre. Il ne peut pas ne pas en parler ; ce sera d'ailleurs le thème de son prochain livre à paraître en février prochain. Devant un auditoire attentif il évoque, la voix marquée par l'émotion, les sensations, les bruits, puis « ce terrifiant silence ». « 15 mn seulement après le séisme je me suis posé une question d'écrivain. Et j'ai regardé : pas une fleur ne s'était brisée... Le léger a survécu. Ce qui m'a donné une idée de l'art d'écrire : le profond coule, disparaît, le léger surnage... (...) Je voulais pouvoir noter pour raconter. J'ai ressorti mon carnet et mon stylo. (...) » Tout le monde essayait de faire comme si rien ne s'était passé. C'est ça la dignité humaine. (...) Il y a avait ceux qui chantaient. Il y a eu 43 secousses. 43... Et Il y avait cet appétit vorace de vivre. »
Mots clés