Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Le département de biologie à distance

Cellules
Actualité / Interview

Résumé

Depuis la salle dénommée "Café des sports", l’une des salles virtuelles de visioconférence du département de biologie accessible depuis le portail des Études, François Roudier, directeur du département, et Nathalie Alazard, directrice adjointe, reviennent sur presque 4 semaines intenses d’activité à distance. Quatre semaines, trois phases, un 1er bilan et un optimisme de rigueur malgré la complexité d’une situation en constante évolution.

Description

Phase 1 : s’assurer de la situation de l’ensemble des étudiants et mettre en place un suivi individuel

La reconstitution de la liste exhaustive des étudiants français et étrangers inscrits au département à partir de plusieurs bases de données (dont ENSCOL) et la forte mobilisation des responsables de formation et des tuteurs pédagogiques ont rapidement permis de faire un point sur la situation de chacun d’entre eux et de mettre en place leur suivi individuel, dit François Roudier. Une attention toute particulière a été portée aux nombreux étudiants se trouvant à l’étranger, que nous avons fortement incités à rentrer, ajoute-t-il. La DAI et la cellule suivi.covid19 ont fait un travail remarquable en lien avec les ambassades et les établissements d’accueil pour les conseiller et faciliter les retours. Aujourd’hui les étudiants sont quasiment tous rentrés ; cependant quelques-uns ont choisi de rester sur place : par exemple, nous en avons un qui est confiné dans une ferme expérimentale au Togo et avec qui nous communiquons par téléphone satellitaire, un autre qui patiente à la frontière entre l’Uruguay et l’Argentine, tout en continuant son exploration de la biodiversité. Ils vont bien !

Depuis le 16 mars, le suivi individualisé concerne tous les étudiants, où qu’ils soient. On suit de près aussi les quelques étudiants étrangers qui ont souhaité rester en France. Les contacts réguliers avec les étudiants sont répartis entre les tuteurs et sont complétés par un espace spécifique au département de bio, consacré au dialogue informel et libre entre les étudiants et des membres de l’équipe pédagogiques dont des moniteurs récemment sortis de nos formations. C’est très important pour le moral !

La salle virtuelle dans laquelle nous nous trouvons, le Café des Sports, est aussi un espace dédié aux échanges informels au sein de l’équipe pédagogique, qui, elle aussi, se trouve dans une situation compliquée pour continuer sa mission de formation et doit garder le moral.

Phase 2 : assurer la continuité de la formation

François Roudier fait le même constat pour la bascule des enseignements à distance. Le vendredi 13 mars, nous avions une réunion des directeurs de départements lors de laquelle le service Dunes nous a présenté l’interface de classe virtuelle BigBlueButton. Le mardi 17 mars, les cours à distance démarraient ! Il évoque avec un sourire les grèves de la fin de l’année 2019 qui avaient contraint les enseignants à commencer la pratique de l’enseignement à distance, non sans mal. L’expérience a été profitable. Sans compter que, comme beaucoup de départements, les supports de cours étaient déjà en grande partie sur le portail des études. On apprend sur le tas, dit-il. On se rend compte que plusieurs heures d’affilée de cours magistral en visio, c’est épuisant pour tout le monde et contre-productif, alors on utilise d’autres possibilités que l’on panache : enregistrer les cours, ce qui est très apprécié par les étudiants à qui cela donne plus de souplesse, organiser des tchats, des ateliers de groupe… La forte implication des enseignants a aussi permis de reconvertir les TP de L3 : on présente les principaux concepts, on illustre les dispositifs expérimentaux et les résultats attendus avec des photos ou des enregistrements. Cela ne remplace évidemment pas la mise en pratique et l’apprivoisement des outils expérimentaux ; ceux-ci pourront être mis en œuvre plus tard. Aucun cours n’a été supprimé, on a allégé certains contenus mais on a gardé l’essentiel. Sur le plan pédagogique aussi, c’est riche d’enseignement pour nous.

Il souligne que tout le monde a joué le jeu, les services supports, les collègues enseignants-chercheurs et bien sûr, les étudiants eux-mêmes. Ça ne va pas sans frustration, notamment sur les TP et la formation des étudiants à la recherche, mais on s’adapte et on sait ou redécouvre qu’il existe des ressources virtuelles, comme JoVE, si la situation doit durer ou se renouveler. Cela nous permet aussi de prendre du recul sur nos pratiques pédagogiques et nous servira pour construire la prochaine maquette de formation, ajoute François Roudier. Pour beaucoup d’entre nous, l’outil BBB de classe virtuelle est même une révélation.

Sur le fond, est-ce que l’épidémie de Covid-19 a amené les enseignants à modifier les contenus de leurs enseignements ? Nathalie Alazard, qui fait un cours alter disciplinaire sur les virus et microbes a bien sûr remis le corona virus à l’honneur. Certains stages de recherche effectués en lien avec le milieu hospitalier ont été redirigés en fonction de l’étude de l’épidémie.

Phase 3 : permettre la validation des parcours et penser l’avenir

L’objectif premier, c’est que les étudiants puissent valoriser les nombreux efforts qu’ils ont fournis avant le confinement et valider leur semestre, leur année, leur master, leur diplôme, dans de bonnes conditions. Cela veut dire que nous serons à l’écoute de leurs difficultés et bienveillants sur les attentes pédagogiques pour tenir compte de cette situation inédite, sans renoncer aux valeurs académiques de l’École.

La question des stages de master et de PLR, qui étaient en cours, a énormément mobilisé les collègues, afin de permettre à l’ensemble des étudiants de poursuivre leur formation à et par la recherche dans des conditions adaptées aux contraintes, c’est-à-dire à distance. François Roudier note que la solidarité du monde scientifique a joué à plein ; l’ensemble des encadrants de stage, en France comme à l’étranger, ont accepté de continuer leur supervision à distance.

La question des stages de L3 qui devaient démarrer le 18 mai est maintenant abordée. François Roudier espère le même investissement des tutelles et organismes de recherche français pour l’accueil des étudiants de licence, même en télétravail.

L’équipe pédagogique planifie en ce moment l’organisation des examens. Pour François Roudier, il est important que les étudiants puissent valider leur travail, même sous une forme différente ou allégée. De l’importance de tester préalablement la qualité des connexions en visio-conférence pour l’ensemble des étudiants… et d’adapter les évaluations en fonction. Il est encore trop tôt pour évoquer l’organisation des concours et de la rentrée, mais toutes les équipes pédagogiques sont déjà fortement impliquées, en lien avec la Présidence et la VPÉtudes.

Au total, François Roudier, qui se décrit comme un optimiste invétéré, reconnaît que cette expérience, si compliquée soit-elle, oblige chacune et chacun à repenser les manières de travailler et à revenir à l’essentiel. On n’a pas d’autre choix que de s’adapter ! Lui et Nathalie Alazard ajoutent aussi que paradoxalement, dans cette distanciation forcée, les liens et la solidarité entre les étudiants, les tuteurs pédagogiques et l’ensemble des membres du département de biologie s’en trouvent renforcés. Ce qui leur semble déjà assuré pour chacun des étudiants, au-delà des adaptations imposées de leur parcours, c’est un gain accéléré en maturité et adaptabilité.

Le département de biologie en chiffres

59 enseignants-chercheurs, moniteurs et personnels techniques
223 étudiants inscrits en 2019-2020 dont 80 qui étaient en stage ou en année de césure à l’étranger au début de l’épidémie.

Disciplines
Mots clés