Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

Matthieu Platre et Marc Besson, lauréats du Prix pour les jeunes chercheurs de la Fondation Bettencourt Schueller

Scène de la cérémonie
Actualité / Prix et distinction
Collection

Résumé

Le 10 décembre 2018, la Fondation Bettencourt Schueller a récompensé quatorze jeunes chercheurs dont Matthieu Platre qui a soutenu une thèse au RDP en décembre 2017 et Marc Besson, ancien étudiant normalien de 2010 à 2014 au département de biologie de l'ENS de Lyon.

Description

Le Prix pour les jeunes chercheurs

Créé en 1990, le Prix pour les jeunes chercheurs est l’une des premières initiatives de la Fondation Bettencourt Schueller.
Il est décerné chaque année à 14 jeunes docteurs en sciences ou docteurs en médecine, pour leur permettre de réaliser leur stage post-doctoral dans les meilleurs laboratoires étrangers.
La dotation du prix est de 25 000 euros.

Matthieu Platre

Matthieu PlatreMatthieu Platre a effectué une thèse en Biologie cellulaire végétale – Localisation et fonction des lipides anioniques dans l’organisation cellulaire et le développement des plantes – au Laboratoire de reproduction et développement des plantes à l’ENS de Lyon sous la direction du Dr Yvon Jaillais.
Il poursuit actuellement un post-doctorat aux États-Unis – Étude des liens entre réponse gravitropique et mise en place de l’architecture racinaire – au Salk Institute for Biological Studies de La Jolla en Californie, auprès du Pr Wolfgang Busch.

Comprendre l’adaptation des systèmes racinaires à l’habitat. Matthieu Platre est animé par une grande question scientifique : comment les plantes s’adaptent-elles à leur environnement ? Son doctorat lui a donné l’occasion d’en explorer un aspect, en analysant la distribution du champ électrostatique dans les membranes cellulaires et les compartiments intracellulaires de la plante modèle Arabidopsis thaliana. Ce travail pionnier a notamment révélé que le champ électrostatique régule le recrutement de protéines à la membrane, la communication cellulaire, ainsi que la croissance de la plante. Son post-doctorat lui permettra d'étudier, à l’aide d’analyses de génomes complets, des variants naturels d’Arabidopsis thaliana adaptés à différents écosystèmes pour comprendre comment les racines croissent et s’organisent dans des environnements souterrains variés.

Marc BessonAncien étudiant normalien au Département de biologie de l'ENS de Lyon de 2010 à 2014, Marc Besson a effectué une thèse en biologie, spécialité systèmes intégrés, environnement et biodiversité – Importance de la métamorphose dans le recrutement larvaire des poissons coralliens face aux pressions d’origine anthropique – sous la direction du Dr David Lecchini, à Paris Sciences et Lettres.

Il poursuit actuellement un post-doctorat aux États-Unis – Structure, fonctionnement et évolution des écosystèmes coralliens : importance des facteurs géographiques, océanographiques, et des activités humaines sur les communautés récifales – auprès du Pr Stuart Sandin à la Scripps Institution of Oceanography de l'Université de Californie à San Diego.Comprendre et protéger les récifs coralliens à l’échelle globale. Durant son doctorat, Marc Besson a suivi la vie du Chirurgien-bagnard, un poisson des récifs coralliens, à Moorea, en Polynésie française. Il a examiné l’importance des étapes de métamorphose de ce poisson dans l’installation de nouveaux poissons au niveau d’un récif. Il a également mesuré l’impact des perturbations endocriniennes associées aux activités humaines sur la métamorphose de cet animal. Son post-doctorat visera à réaliser une étude des écosystèmes marins à grande échelle, sur 100 îles coralliennes à travers le monde. Pour cela, il effectuera des relevés terrains, des analyses biologiques et utilisera des techniques d'imagerie innovantes pour dresser une archive digitale des récifs. Les informations ainsi collectées seront de grande valeur pour accompagner les dirigeants politiques et les responsables de la conservation environnementale. L’objectif final est d’offrir une meilleure protection des récifs coralliens, réserves de richesses hautement menacées. 

Les lauréats 2018 à l'occasion de la cérémonie du 10 décembre dans le nouvel auditorium André et Liliane Bettencourt de l’Institut de France.
Les lauréats 2018 à l'occasion de la cérémonie du 10 décembre dans le nouvel auditorium André et Liliane Bettencourt de l’Institut de France. (Crédit photographique ©Gil LeFauconnier)

 

Disciplines
Mots clés