Actualité de l'ENS de Lyon

Olivier Hamant lauréat d’une bourse HFSP 2018

Logo HFSP
Actualité
Résumé

Les subventions de recherche "Human Frontier Science Program" fournissent 3 ans de soutien à des équipes internationales impliquant au moins deux pays. La préférence est donnée aux collaborations intercontinentales. Tous les membres de l'équipe doivent élargir le caractère de leur recherche en cours et interagir avec des équipes apportant une expertise très différente de la leur afin de créer de nouvelles approches aux problèmes de biologie fondamentale.

Description
Carte des plans de division cellulaire dans le méristème apical caulinaire d'Arabidopsis thaliana. Les lignes en pointillées marquent les nouveaux plans de division, et le code couleur indique si la cellule s'est divisée selon le plan le plus court (bleu) ou le plus long (rouge).

Carte des plans de division cellulaire dans le méristème apical caulinaire d'Arabidopsis thaliana. Les lignes en pointillées marquent les nouveaux plans de division, et le code couleur indique si la cellule s'est divisée selon le plan le plus court (bleu) ou le plus long (rouge).
 

Olivier Hamant, chercheur au RDP à l’ENS de Lyon, a obtenu  une subvention du "Human Frontier Science Program" pour son projet De l'aléatoire moléculaire à la robustesse des divisions cellulaires: ré-explorer le rôle de l'anneau de préprophase qu’il coordonnera avec 4 autres partenaires – David Bouchez à Versailles, Jacques Dumais (Chili), Arp Schnittger (Allemagne), Eric Mjolsness (USA). Cette subvention s’élève à 1.3 million de dollars pour 3 ans (450 K$/an) pour l'ensemble du consortium.

Seuls 23 projets sont retenus au niveau mondial. Les partenaires des projets doivent impérativement travailler sur des sujets frontière, il s'agit pour eux de mettre en place un réelle interdisciplinarité afin d'aller au-delà de leurs compétences et de leurs expertises.

Résumé du projet d'Olivier Hamant : Les cellules ont des comportements reproductibles malgré la présence de processus moléculaires hautement aléatoires. Chez les plantes, l'orientation du plan de division des cellules est correctement prédit par un anneau de microtubules, mais le mécanisme associé est inconnu. Ici, en utilisant une approche interdisciplinaire, nous faisons l'hypothèse que la stochasticité des microtubules permet non seulement l'auto-organisation de l'anneau, mais aussi la perception de signaux temporels, géométrique ou mécaniques pour orienter les divisions des cellules.

 

Disciplines
Mots clés