Liens transverses ENS de Lyon

Agenda de l'ENS de Lyon

Groupe d'ontologie et de métaphysique contemporaines : « La grammaire de l'existence et la métaphysique du temps »

Date
ven 08 mar 2019
Horaires

18h-20h

Intervenant(s)

Pierrot Seban, ATER à l'Université Toulouse - Jean Jaurès

Langue(s) des interventions

Description générale

« LA GRAMMAIRE DE L'EXISTENCE ET LA MÉTAPHYSIQUE DU TEMPS »

Pierrot Seban, ATER à l'Université Toulouse - Jean Jaurès, auteur d'une thèse en philosophie intitulée L'aporie du passage. Zénon et le principe d'achevabilité réalisée à l'IRePh, Université Nanterre - Paris 10, sous la direction de Jean-Michel Salanskis.

 

Résumé :

"Au sein de ce qui est connu comme la métaphysique analytique du temps, la position invraisemblablement majoritaire a progressivement consisté à affirmer l'inconsistance de l'idée de passage du temps et à nier toute réalité au présent dans sa différence au futur et au passé. Cela, à l'encontre apparente des indications de toute expérience réelle ou possible. Plus précisément, un triple défi a été opposé à l'idée du passage du temps : d'un point de vue logique, on soutient que la réalité du passage conduit à des contradictions ; d'un point de vue métaphysique, on soutient que la réalité doit être indépendante du contexte d'énonciation et que tout énoncé différenciant le passé du futur est relatif à celui qui l'énonce ; d'un point de vue physique, enfin, on soutient que la relativité restreinte, si prise au sérieux, rend impossible toute réalité du présent ou différence réelle du présent et du passé.

Notre intention, dès lors, est double. Sur un premier plan, nous voudrions, à la suite de Yuval Dolev et dans le fil de la tradition néo-pragmatiste, critiquer l'ensemble de la perspective analytique, au nom d'une analyse de la grammaire conceptuelle de l'"existence" et de la "réalité". Il apparaitra alors non seulement que les positions niant la réalité du passage sont dénuées de sens, mais qu'il en va aussi de même pour leurs adversaires théoriques espérant affirmer la seule existence de ce qui est présent. Sur un second plan, et cette fois à l'encontre de la tendance néo-pragmatiste, nous voudrions proposer des pistes pour l'élaboration d'une métaphysique du temps qui soit respectueuse de sa "grammaire" telle que le langage et l'expérience nous l'indiquent. Ce faisant, nous répondrons au triple défi lancé à la réalité du passage, en acceptant la vérité des contradictions réelles et la localité irréductible de la factualité."

 

Bibliographie :

- AUGUSTIN, Confessions, livre 11 ;

- ARISTOTE, Physique, IV ;

- AUSTIN, John L., Sense and sensibilia, G. J. Warnock (ed.), Oxford, Oxford University Press, 1962, section 7 ;

- DOLEV, Yuva, Time and realism: Metaphysical and Antimetaphysical Perspectives, Cambridge (Massachusetts), M.I.T. Press, 2007 (sur ce point, il suffit de lire le chapitre 8, et tout particulièrement la section 8.3., de la thèse de Pierrot, disponible ici : https://we.tl/t-iQ3EKYx2np) ;

- MC TAGGART, John E. M., “The Unreality of Time”, 1908. Mind, 17(68): 457–474 ;

- MARKOSIAN, Ned, "Time", The Stanford Encyclopedia of Philosophy (Fall 2016 Edition), E. N. Zalta (ed.), https://plato.stanford.edu/archives/fall2016/entries/time/ ;

- SAVITT, Steven, "Being and Becoming in Modern Physics", The Stanford Encyclopedia of Philosophy (Fall 2017 Edition), E. N. Zalta (ed.), https://plato.stanford.edu/…/fa…/entries/spacetime-bebecome/ ;

- WITTGENSTEIN, Ludwig, Philosophical Investigations, G. E. M. Anscombe, (trad.), 1953, I, §50.

Gratuit
Mots clés
Disciplines