Actualité de l'ENS de Lyon

Patrimoine de l'ENS de Lyon

Visite patrimoine ENS de Lyon
Actualité
Description
C'est dans le hall de Descartes, que Nora Evain Bentayeb, qui a effectué un stage au sein de notre Ecole, nous attendait pour une visite commentée. Il s'agissait pour nous, qui passons plusieurs fois par jour devant des oeuvres, identifiées comme telles - ou pas -  de s'arrêter un instant devant le patrimoine artistique de notre Ecole. Nora, qui a travaillé à la recension de l'ensemble des oeuvres de l'ENS de Lyon, avait donc saisi l'opportunité des journées nationales du 1 % artistique, de l'école à l'enseignement supérieur, pour proposer cette visite aux personnels et aux étudiants. Elle a également rédigé et mis en page un guide avec l'aide des étudiantes qui ont participé à la master class "patrimoine artistique de l'ENS de Lyon" en 2015.
Mais revenons dans le hall Descartes et particulièrement devant cette peinture d'Albert Rafols Casamada que nous avons tous vu puisqu'elle est située derrière l'accueil et que ses couleurs chaleureuses la rendent incontournable. Nora nous rapporte les intentions de l'artiste qui "déploie un fond ocre-jaune fait de pigments naturels", couleur qui pour lui "fait écho à la lumière que nous donne le savoir". Sur ce fond, il a construit un ensemble de signes chromatiques et dynamiques. Nora nous a expliqué que le premier signe en haut à droite de la toile symbolise "la porte ouverte vers le savoir"... de quoi éveiller notre curiosité.
Nous avons ensuite emprunté un couloir et nous aurions pu ne pas la voir.... une des vitrophanies d'Aurélie Petrel, intitulée Ricochets. Vitrophanie ? Il s'agit donc d'une feuille adhésive translucide collée sur une vitre. Ce dispositif est conçu pour être traversé par la lumière, être visible de l'extérieur et de l'intérieur. Deux autres vitrophanie sont également présentes à Monod sous la grande verrière. Elles font parties d'un projet plus vaste, qui devait accueillir à terme des vitrophanies dans les 17 universités partenaires de l'ENS dans le monde. Aujourd'hui, on peut voir des vitrophanies à l'EPFL à Lausanne, à la Todai University au Japon et l'ECNU à Shangai.
 Dead or alive de Speedy Graphito, si vous êtes arrivés à Descartes par la passerelle, vous n'avez pas pu  manquer cette oeuvre ! Vous avez peut-être même remarqué des dessins liés à l'enfance. Les thèmes de l'enfance et de la mort cohabitent dans la plupart des oeuvres de Speedy Graphito et celle-ci ne fait pas exception. Elle a été réalisée dans le cadre du festival "Dérapage" organisé par les associations étudiantes de l'ENS de Lyon. Cette performance a d'ailleurs été filmée par Michel Royer pour un documentaire intitulé "Ainsi soit la peinture". L'artiste a ensuite fait don de l'oeuvre à notre Ecole.
"Vous ne voyez rien ? c'est normal." Face à son oeuvre Jean Stern nous interpelle avec humour. Son oeuvre, réalisée dans le cadre du 1% artistique lors de la construction du campus Monod en 1987, consiste en deux groupes de tôles galvanisées convexes, fixées sur les modules carrés du mur, en alternance avec des surfaces peintes. Ces surfaces peintes créent une véritable illusion de relief, un effet de concavité qui trompe les sens.
On ne peut finir cette article sans évoquer l'oeuvre la plus célèbre du campus Monod, Avril-Septembre de Zao Wou-Ki. Cette monumentale peinture à l'huile peinte pour l'ENS par l'artiste en 1987 est situé à l'accueil du campus Monod.
Elle "dégage une lumière presque diaphane; on se retrouve devant elle comme devant un vitrail, emporté dans un mouvement cosmique qui dépasse le cadre de la toile." " Les tons bleus dominants rencontrent "un bouquet de brume [qui ] éclot et disparaît" pour reprendre un poème de René Char, dont Zao Wou-ki était très proche.