Liens transverses ENS de Lyon

Actualité de l'ENS de Lyon

LPENSL – Pulsalys – Kurage : trio gagnant de la Deep tech

Amine Metani
Actualité

Résumé

Issue du Laboratoire de physique de l'ENS de Lyon, la start-up Kurage a développé un système intelligent de stimulation électrique fonctionnelle. Avec la signature d'un sous-brevet Kuraga-Pulsalys, une découverte scientifique se transforme en opportunité économique.

Description

Qu’est-ce que la Deep tech ?

L’on parle de Deep Tech lorsque des technologies issues de laboratoires de recherche scientifique donnent naissance à des innovations qui bouleversent un secteur ou une industrie avec un impact sociétal fort.

Créée en 2013 dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), la Société d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT) Pulsalys est actuellement au cœur de la Deep Tech lyonnaise et stéphanoise.

Signature d’une sous-licence Kurage-Pulsalys

Le 22 novembre 2021 a été signée une sous-licence Kurage-Pulsalys sur un brevet et un savoir-faire du laboratoire de physique de l'ENS de Lyon (LPENSL - CNRS / ENS de Lyon). Pulsalys a ainsi transformé une découverte scientifique issue de ce laboratoire de l'Université de Lyon en opportunité économique pour la start-up Kurage.

Mesurer les profils de force des muscles intervenant dans une activité de pédalage

Kurage, jeune entreprise spécialisée dans la remobilisation neuromusculaire par électrostimulation, a récemment eu besoin de mesurer les profils de force des muscles intervenant dans une activité de pédalage.

Bénéficiant du statut de concours scientifique, Amine Metani, ingénieur de recherche CNRS au LPENSL, consacre désormais une partie de son temps de recherche à apporter son conseil scientifique à Kurage qui, en retour, valorise ses résultats de recherche protégés par de la Propriété Intellectuelle (PI).

Grâce à ce dispositif de collaboration, plusieurs approches ont pu être envisagées au LPENSL : des simulations sur personnes valides – non probantes du fait que les personnes non-valides n’effectuent pas les mêmes mouvements ou ne font pas appel aux mêmes groupes musculaires ; des modèles mathématiques – qui se sont avérés trop complexes pour le résultat recherché ; et enfin l’installation de capteurs sur les pédaliers.

Cette dernière solution a permis d’obtenir des courbes de valeurs précises des forces exercées au cours d’un cycle de pédalage. Grâce à cela, il est possible maintenant de savoir exactement quand stimuler les muscles tout en tenant compte du délai électromécanique – délai entre l’envoi de l’impulsion et la contraction du muscle.

Aussi le transfert technologique a-t-il permis de renforcer le potentiel d’innovation de l’entreprise. Aujourd’hui Kurage concentre son activité afin de permettre aux personnes à mobilité réduite d’impliquer leurs membres paralysés avec le vélo ou le rameur, elle espère demain proposer des solutions impliquant... la marche.

Illustration : Amine Metani, ingénieur de recherche CNRS au LPENSL, co-fondateur de Kurage

 

Disciplines
Mots clés